Territoires Neuilly-sur-Marne

Un ancien hôpital reconverti en quartier métropolitain

Mots clés : Établissements de soins

Sur près de 60 ha la commune de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) met en place le concept de « Parc durable habité » à partir d’un ancien domaine hospitalier en pierres et briques de la fin du XIXe siècle. L’Agence foncière et technique de la région parisienne (AFTRP) est l’aménageur. Les marchés de maîtrise d’œuvre devraient être notifiés vers le 15 avril. Constitué en ZAC, ce projet, appelé « Parc de Maison-Blanche », prend une dimension métropolitaine : 4 200 logements, dont 30 % de logements sociaux locatifs, 40 000 m² de zones d’activités à destination notamment des PME-PMI, 5 500 m² de commerces, des équipements. « Maison-Blanche restitue aux habitants cet espace exceptionnel en termes d’architecture et de patrimoine naturel qui vivait replié sur lui-même comme hôpital. Il joue un rôle urbain en établissant un lien entre le quartier de l’Avenir et le centre-ville », souligne Olivier Barotte, directeur général des services de la Ville.

Des commerces dans l’ancienne chaufferie.

« Le projet conserve l’essentiel du patrimoine hospitalier, notamment le château d’eau, élément signal, le bâtiment administratif modifié en espace culturel, un bâtiment de style normand transformé en logements. L’ancienne chaufferie accueillera des commerces, et vingt pavillons hospitaliers deviendront des logements », décrit de son côté Damien Pimparé, directeur de projet à l’AFTRP. Des logements neufs seront édifiés selon des formes variées : immeubles R + 6 ou individuel groupé. L’AFTRP s’est associée avec Constructions & Développements urbains (CDU), mandataire de huit grands promoteurs. Les bailleurs sociaux ne sont pas encore désignés, hormis le Neuilléen Seminoc. « La ville compte 2 000 demandeurs de logements. Cette offre permettra aux habitants de se constituer un parcours de logements », ajoute Olivier Barotte.

Pour structurer un tel espace, un plan d’urbanisme, composé de deux centralités, a été esquissé. « D’abord, une place autour du château d’eau avec 3 000 m² de commerces et des restaurants. Ensuite, la gare : on attend, pour 2025, l’ouverture de la station de la ligne n° 11 du métro prolongée », précise Damien Pimparé. L’ensemble va revêtir une forte dimension paysagère avec, outre le patrimoine arboré, la mise en place de corridors écologiques et un traitement « vert » de la propriété : chauffage par géothermie, traitement spécifique des déchets, gestion de l’eau grâce à des noues.
Le chantier du parc de Maison-Blanche est conçu selon quatre phases (1 000 logements chacune). Livrée en 2017-2018, la phase 1 comprend une résidence pour seniors, une crèche (60 berceaux), une école maternelle, et 3 000 m² de commerces, permettant une vie indépendante par rapport aux chantiers des phases suivantes. La phase 2 sera livrée en 2022, la phase 3 en 2025-2026, la phase 4 vers 2030. Le foncier est unifié à 85 %. Les démolitions devraient avoir lieu à l’automne 2015, les premiers travaux de viabilisation en 2016, et les terrains livrés aux promoteurs à l’été 2016. Au total, l’opération – acquisitions foncières, travaux d’aménagement, honoraires – est estimée à 190 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X