Architecture Technique Espace public

Un aménagement zen pour un cœur de bourg

En Haute-Garonne, le choix de la simplicité pour mettre en évidence le site d’une ancienne bastide et son relief.

Saint-Félix-Lauragais est une ancienne bastide et un village de caractère de la Haute-Garonne mais, en cœur de bourg, les espaces publics avaient grand besoin d’être requalifiés. « Nous aurions pu nous contenter de remplacer le revêtement des rues et de la place. Nous avons considéré que la bastide méritait mieux », explique le maire, André Rey. La nécessaire sobriété de l’intervention était aussi une évidence. « Nous allions intervenir dans un périmètre composé de bâtiments inscrits ou classés au titre des Monuments historiques. Considérant que le sol n’est pas l’élément principal de décoration, il fallait jouer sur la discrétion », poursuit-il.

Accompagnée du conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement (Caue) du département et de l’architecte des Bâtiments de France, la commune a donc lancé une consultation avec, comme cahier des charges, le rajeunissement de l’espace public sans en altérer la qualité. Compte tenu de l’ampleur des travaux, elle en a profité pour demander au syndicat des eaux de rénover les réseaux d’assainissement et d’eaux pluviales.

Dégager le panorama.

Sur la base de ce programme, la maîtrise d’œuvre s’est limitée à révéler la qualité d’un site qui, posé sur une crête, offre des vues au détour des rues. L’objectif a donc été de trouver le ton juste pour ne pas perturber l’équilibre du lieu. « Notre parti a été d’enlever tout ce qui n’est pas essentiel et d’appuyer aux bons endroits : la place principale, le belvédère, les rues », détaille l’urbaniste Pierre Roca d’Huyteza, mandataire de l’équipe de maîtrise d’œuvre. Cette dernière a, par exemple, créé sur la place principale un grand espace plan où l’on peut se tenir à l’écart des voitures. Elle l’a creusé pour pouvoir surélever la halle et créer des emmarchements où prendre place. Ailleurs, aux Trois Moulins, le trottoir se prolonge en assise. Situé en contrebas, le nouveau belvédère permet de dégager le panorama qu’aucun obstacle ne vient encombrer. Pour cela, le mur existant a donc été arasé. Ont aussi été supprimés, dans toutes les rues, les « faux » trottoirs pour privilégier un profil à plat.

Soin apporté aux détails.

A ce parti pris de discrétion s’est ajouté le choix plus radical de réaliser les aménagements en béton. « Avec l’entreprise Sols, nous avons pris le temps de trouver le granulat, extrait d’une carrière à proximité du village, et de le mettre en œuvre dans toutes ses capacités », précise Pierre Roca d’Huyteza. Ainsi, le même béton avec le même granulat a été utilisé : caillouteux pour les chaussées et lisse sur la place. Enfin, le grand soin apporté à l’exécution se manifeste notamment dans les détails de chanfrein et d’emmarchements ou même dans les pourtours des arbres dessinés par la plasticienne Sophie Balas.

A l’issue d’un dialogue – parfois rude – entre la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage, le projet ne révolutionne pas les pratiques du village et n’en chasse pas les voitures. Mais il donne à chacun sa place dans l’espace public. La prochaine étape pourrait voir l’aménagement d’un cheminement piétonnier autour de la bastide.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maître d’ouvrage : commune de Saint-Félix-Lauragais. Maîtrise d’œuvre : D’une ville à l’autre… Pierre Roca d’Huyteza, architecte urbaniste ; Sophie Balas, plasticienne ; BET : Artelia (VRD). Calendrier : conception : 2011-2013 ; travaux : 2013-2015. Entreprises : Durand (pierre), Eiffage (VRD), Sols (bétons). Montant des travaux : 1,8 million d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X