Autres

Tryba renforce son réseau pour conjurer la crise

Mots clés : Fenêtre

Le spécialiste de la rénovation de fenêtres développe sa présence commerciale pour continuer à produire en France.

Installé depuis 1980 dans la commune alsacienne de Gundershoffen, Tryba revendique, avec sa maison-mère Atrya, la place de leader du marché de la rénovation de fenêtres et fermetures en volume. Si en 2014, le chiffre d’affaires a reculé de 7 %, à 390 M€, le groupe (1 800 salariés, dont 700 en Alsace) envisage le retour de la stabilité pour 2015, et reste optimiste pour les années à venir. « Nous nous positionnons sur des marchés promis à un bel avenir : l’isolation thermique, l’isolation phonique et la sécurité. Au fil des années, nous avons développé une quinzaine de marques qui nous permettent d’être présents sur l’ensemble des marchés en B to C et en B to B, avec une largeur de gammes très importante », indique Johannes Tryba, le président fondateur. Atrya couvre notamment le marché des menuiseries pour chantier avec Norba, et le segment des volets roulants et portes de garage avec Soprofen. La France représente aujourd’hui 70 % des ventes du groupe, les 30 % restants se répartissant à parts égales entre la Belgique et l’Allemagne.

Un service de recyclage.

Le modèle économique de la marque vedette, Tryba, reste inchangé : un réseau de concessionnaires, pour la plupart indépendants, avec un contrat de concession exclusive. Fort de 250 points de vente, ce réseau pourrait encore s’enrichir d’une vingtaine d’unités en 2015. « Sur un marché difficile, il ne suffit pas de proposer la bonne réponse technique : nous nous devons de renforcer notre présence commerciale », explique le président. Début mars, Tryba a réuni à Barcelone 400 collaborateurs et concessionnaires pour lancer les festivités liées à son 35e anniversaire et mobiliser les équipes autour des valeurs de la marque. Depuis 2011, un « Pacte d’excellence » engage le réseau autour de dix points techniques, commerciaux et environnementaux. Plus récemment, Tryba a créé un service de recyclage afin d’aider ses concessionnaires à gérer les déchets de leurs clients, avec des garanties en matières de coûts et de résultats. En 2014, un service de financement dédié aux clients particuliers, afin de solvabiliser leurs projets, a également vu le jour.

Le groupe dispose aujourd’hui d’une vingtaine de sites industriels en Europe de l’Ouest, dont treize en France. Malgré la concurrence croissante venue d’Europe de l’Est, et notamment de Pologne, Tryba se refuse à y délocaliser sa production. « Produire en proximité nous permet une meilleure compréhension de nos marchés et une plus grande réactivité, sans oublier que nos produits se prêtent peu à des transports longue distance, rappelle Johannes Tryba. La condition pour continuer à produire en France étant l’amélioration continue de notre outil industriel. » Le groupe mobilise chaque année près de 20 millions d’euros d’investissements : après le doublement en février de la surface de production de sa marque Tryba – Le Vérandier sur le site de Mertzwiller (Bas-Rhin), Atrya réalisera en 2015 l’extension de ses capacités de stockage à Gundershoffen et la création d’une troisième ligne de laquage dans son usine de Fougerolles (Haute-Saône).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L'état-major de Tryba

Johannes Tryba, président du groupe Tryba. Michel Dol, directeur général. Philippe Spindler, directeur commercial. Sophie Unfricht, responsable marketing et communication.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X