Régions

Troyes Un écoquartier au plan d’action

Mots clés : Aménagement paysager

La Ville de Troyes a dévoilé son plan d’action municipal 2009-2014. Parmi les projets marquants figure l’aménagement d’un écoquartier sur la zone d’aménagement différé (ZAD) Chomedey. Celui-ci s’étalera sur sept hectares, dont une grande partie appartient déjà à la commune, et accueillera environ 200 logements. La municipalité nourrit de grandes ambitions pour cet écoquartier, qu’elle conçoit comme un laboratoire de la « ville idéale », un concept expérimentant un nouveau mode de vie qui pourrait être décliné ensuite à l’ensemble de la cité. Des commerces, services et entreprises pourraient, par exemple, y être intégrés et se mixer ainsi à l’habitat.

La construction de cet écoquartier s’accompagnera de l’aménagement de l’avenue Chomedey-de-Maisonneuve qui le borde. Cette pénétrante sans âme verra la restitution partielle de l’ancien canal sous la forme d’une lame d’eau d’un kilomètre et demi de longueur et quarante centimètres de profondeur jusqu’à La Chapelle-Saint-Luc. La partie du canal qui n’a pas été busée sera remise au jour sur environ 200 mètres devant le théâtre municipal de Troyes. De chaque côté seront réalisées des pistes cyclables.

Parmi les autres actions envisagées dans le plan d’action municipal, on notera la requalification de la rue de la République et de la rue Raymond-Poincaré, qui forment l’un des grands axes traversants de l’hypercentre, l’aménagement de la place Saint-Pierre devant la cathédrale, des jardins du Préau et de l’Hôtel-Dieu, la restauration de l’église Saint-Nicolas et le développement d’un quartier tertiaire autour de la gare.

L’investissement global sera d’environ 145 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L’agglomération aussi

La communauté de l’agglomération troyenne (CAT) s’est dotée parallèlement de son propre plan d’action communautaire 2010-2014, d’un montant de 123 millions d’euros. L’accent est mis sur le développement de l’enseignement supérieur, avec l’objectif de passer de 8 500 à 12 000 étudiants. La CAT financera notamment l’extension de l’université de technologie, de l’école supérieure de commerce et du centre universitaire. Un effort important sera consenti pour le développement économique à travers l’aménagement des zones d’activités et la modernisation des zones commerciales. A souligner aussi que de nouveaux terrains seront aménagés autour du stade de l’Aube, que la politique de rénovation des quartiers à Troyes et à La Chapelle-Saint-Luc sera poursuivie, et, enfin, que la CAT soutiendra l’électrification de la ligne Paris-Bâle. Mais elle ne dévoile pas pour l’instant le montant des crédits qu’elle y affectera.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X