Entretien

Troyes. Les quads traitent les herbes folles au « jus de fourmis »

Mots clés : Bois - Ossature

Passée au « zéro phyto » en 2009, la ville a très vite levé le pied avec les traitements thermiques, jugés entre autres dangereux pour les maisons à ossature bois. Elle a finalement opté pour une pulvérisation de biocide sur quads, à l’aise sur les trottoirs du centre historique.

«Désherbage 100 % naturel, formule-base exclusivement végétale »… Bien visible, l’affiche est apposée sur le côté du réservoir de produit herbicide monté sur la plateforme arrière des quads de la société Air Sol qui traquent les herbes folles le long des 1 400 km de voirie et des 300 km de caniveaux de la ville. Mais, si vous demandez à Denis Truchot, dirigeant de l’entreprise Air Sol, la composition du biocide vaporisé par ses équipes pour tuer les mauvaises herbes, il risque de se fâcher tout rouge ! Secret-défense…

De nombreuses adaptations.

« C’est une imitation de l’acide formique, finit-il par expliquer. Le jus sécrété par les fourmis est un désherbant naturel. Le diagnostic a été fait autour des fourmilières où l’herbe disparaît. D’où l’idée de s’en inspirer pour composer un produit de traitement contre les petits végétaux qui s’installent sur les trottoirs, au pied des maisons et des murets, et dans les caniveaux. » Quant au quad, il a été choisi pour sa compacité, sa maniabilité, sa charge utile et son autonomie. À l’avant de l’engin piloté par Davy Gaugué, Denis Truchot a pris place sur la plateforme spécialement aménagée pour accueillir un second pulvérisateur, ce qui permet de...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 367 du 10/03/2014
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X