Territoires Nîmes

Trois niveaux pour la future gare TGV

Mots clés : Gares, aéroports - Transport ferroviaire

«La Grande Ombrière ». Tel est le nom du scénario architectural retenu par SNCF Réseau, en concertation avec Nîmes Métropole, pour la gare nouvelle de Nîmes-Manduel- Redessan. La nouvelle plate-forme sera construite à l’intersection de la ligne à grande vitesse Nîmes-Montpellier et de la ligne classique Nîmes-Tarascon.

Les deux lignes se croisant avec une dénivellation de 8 m, la gare s’organisera sur trois niveaux : la ligne à grande vitesse en remblais, l’accueil des voyageurs au niveau du terrain naturel, la ligne Nîmes-Tarascon en tranchée. L’esquisse dessinée par François Bonnefille, architecte à Gares et Connexions, fait apparaître un bâtiment relativement simple, avec une structure faite de poteaux métalliques et des parois transparentes. L’ensemble sera coiffé par une toiture horizontale, partiellement translucide, qui couvrira à la fois le hall et les quais.

Maîtrise des coûts.

« C’est un projet modeste, explique Franck Bolla, directeur d’opération pour SNCF Réseau. Nous avions la volonté de rester à l’échelle du territoire et d’éviter une architecture trop imposante. Ce choix répond également à un souci de maîtrise des coûts. » Le bâtiment, transparent, offrira aux voyageurs des vues sur le paysage environnant.

L’aménagement du pôle d’échanges, qui porte sur une emprise de 20 ha, a fait l’objet d’un travail concerté avec l’agence Reichen et Robert & associés, chargée par l’agglomération Nîmes Métropole de concevoir un pôle urbain de 180 ha autour de la future gare.

L’investissement, évalué à 95 millions d’euros, sera financé à parts égales par l’Etat, SNCF Réseau et les collectivités territoriales. Le maître d’ouvrage finalise actuellement l’avant-projet sommaire. Le dossier préalable à l’enquête publique devrait être bouclé d’ici à juin 2016. Le projet pourrait alors être soumis à enquête publique début 2017, pour un démarrage des travaux en 2018. La mise en service est annoncée pour 2021. Selon les premières prévisions, la nouvelle gare accueillera alors une trentaine de TGV par jour.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X