Territoires Franche-Comté

Trois chantiers de travaux publics en perspective pour 360 millions d’euros

Mots clés : Travaux publics

Après un temps de disette, les travaux publics du Nord Franche-Comté bénéficient du déblocage simultané de trois projets majeurs, d’un total de 360 millions d’euros.

La réouverture/électrification de la ligne ferroviaire Belfort-Delle lance son chantier resserré sur deux ans, suite à sa déclaration d’utilité publique (DUP) prononcée fin juillet. « 2015 est l’année de la libération des emprises, 2016 celle des travaux de génie civil et 2017 celle des équipements ferroviaires », résume Laurent Mazzucchelli, directeur de projets à SNCF Réseau. L’enveloppe des travaux s’élève à 85 millions d’euros sur un budget total de 110 millions, dont 25 % de fonds suisses pour la ligne frontalière.
SNCF Réseau a privilégié une organisation en de nombreux lots. Confiée au lorrain Fornoni, la dépose des anciens rails a débuté en septembre. Le groupement conduit par Eiffage TP enchaînera, cet automne, par la construction du pont-route de Bourogne. L’ouvrage remplacera l’un des 20 passages à niveau parcourant les 20 km, treize autres étant modernisés. Les prochaines consultations concerneront notamment trois bâtiments techniques et les cinq haltes, dont celle de Meroux qu’un pont-rail va surplomber pour un accès direct aux quais de la gare TGV Belfort-Montbéliard. L’interface avec le réseau helvétique va également déclencher un lot dédié, mis en consultation dès fin 2015, probablement en groupement génie civil/voie/caténaires/signalisation.

Déviation de Port-sur-Saône

Le lendemain de la DUP de Belfort-Delle, la déviation de Port-sur-Saône (Haute-Saône) a franchi l’étape clé de la signature de sa convention de financement entre l’Etat, la région et le département. Les 130 millions d’euros accordés, dont 123 millions de travaux, aboutiront à construire 7,9 km en 2 x 2 voies, avec neuf ouvrages dont deux viaducs, sous maîtrise d’ouvrage de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement). Le document prévoit le début des appels d’offres cet automne, pour cinq ans de travaux jusqu’en 2021 qui soulageront le centre étroit de Port-sur-Saône, traversé par 12 600 véhicules quotidiens. Le conseil départemental complétera par un barreau de 5 millions d’euros vers la RD6. Il calera son calendrier sur celui de la déviation pour une entrée en service concomitante.

Selon l’adage « jamais deux sans trois », l’échangeur de Sévenans, sur l’A36 entre Belfort et Montbéliard, dégage aussi son horizon : il est concerné par l’avenant de fin août entre l’Etat et les sociétés d’autoroutes, relatif au financement de projets moyennant la hausse des durées de concession. APRR (Autoroutes Paris-Rhin-Rhône) le prendra donc en charge pour 120 millions d’euros. Sur chaque projet, 55 % des travaux seront confiés aux PME et les mises en service devront intervenir dans les 36 mois suivant les DUP. Pour le serpent de mer qu’est Sévenans, tout dépend donc du rythme que l’Etat adoptera.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X