Enjeux

Travauxlib, la « réno » 2.0

La jeune pousse parie sur un service de courtage qualifié en travaux de rénovation, via sa plate-forme.

Travauxlib étend son territoire au-delà de Paris. Depuis ce mois de juin 2017, la plate-forme spécialisée dans la mise en relation des particuliers avec les entreprises propose également ses services en (gros) travaux de rénovation à Lyon. Fondée en 2015 par Matthieu Burin, ingénieur en bâtiment, et Arnaud Kleinpeter, ingénieur informatique, la jeune pousse compte mettre à profit les dix-huit prochains mois pour étendre son offre à une douzaine de métropoles françaises.

Tiers de confiance. Les cofondateurs partaient d’un constat simple : une majorité de Français se disent insatisfaits des travaux réalisés chez eux. « Nous souhaitions créer un tiers de confiance qui simplifie, sécurise et accompagne les particuliers dans leurs relations avec les professionnels », raconte Matthieu Burin. La start-up cible les chantiers jusqu’à 300 000 €, son cœur de cible se situant dans la tranche de 20 000 à 50 000 €. Un secteur sur lequel Travauxlib est loin d’être le seul intervenant : ses services entrent en concurrence avec les réseaux de courtage en travaux et les sites de devis en ligne. « Notre logique va à l’encontre de celle des sites de devis, qui inondent les particuliers d’estimations de provenance peu sûre. Nous sommes, par ailleurs, beaucoup plus intégrés qu’un courtier en travaux, qui peut disparaître dès la signature du devis », estime Matthieu Burin.

Sur Travauxlib, le particulier réalise, dans un premier temps, son devis en ligne grâce à un estimateur de travaux, qui se fonde sur une base de données de 13 000 références. Dans un second temps, il est contacté par un conseiller technique, qui affine le projet avec lui et lui présente les dispositifs d’éco-prêt à taux zéro, crédit d’impôts, etc. « Si l’appel et concluant, nous assurons la mise en relation avec un ou deux professionnels labellisés Travauxlib », poursuit le cofondateur. Le service, gratuit pour le particulier est assorti de compensations financières en cas de retard de livraison. Il peut être complété par une option payante de « conciergerie » pour le suivi du chantier.

Le service est assorti de compensations financières en cas de retard de livraison.

Assurance décennale. Les professionnels, eux, sont sélectionnés selon des critères d’ancienneté, de références clients et d’assurances. Travauxlib n’exige pas de frais d’adhésion des artisans, mais se rémunère avec une commission qui représente entre 5 et 10 % du montant du projet. Pour attirer davantage d’entrepreneurs, la start-up les invite à s’inscrire en offrant un accès à des logiciels de gestion et de facturation. Elle a, par ailleurs, noué un partenariat avec un assureur, pour faire profiter les entreprises labellisées de prix négociés sur les assurances décennales.

Travauxlib a amorcé son déploiement national via une levée de fonds de 1,8 million d’euros en mars auprès de Xavier Niel, fondateur de Free, et de Breega Capital, avec le soutien de la Banque publique d’investissement (BPIfrance). Elle devrait s’accompagner d’un doublement des effectifs pour atteindre une vingtaine de salariés courant 2018. L’entreprise, qui ne communique pas son chiffre d’affaires, lorgne d’ores et déjà d’autres pays en Europe.

20 000 à 50 000 € : la tranche de travaux « cœur de cible ».

5 à 10 % de commission pour les artisans.

1,8 M€ levés en mars.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L'avis de l'expert - Prometteuse

Pour le client, l’artisan BTP, c’est le chauffeur de taxi d’avant Uber : difficulté à trouver un professionnel, nombreuses insatisfactions sur les délais, les prix… Aujourd’hui, de nombreuses plates-formes (start-up et industriels) se lancent pour capter de la valeur dans l’intermédiation. Mais elles le font avec des approches très différentes, du plus basique au plus complexe. TravauxLib fait le pari de proposer au particulier un vrai accompagnement dans ses démarches. Son succès passera par sa capacité à industrialiser ces tâches d’accompagnement pour rendre l’interface compétitive.

Thomas Le Diouron, fondateur d’Impulse Partners

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X