Territoires Méditerranée

Transports « Notre agenda à 10-15 ans sera prêt avant la fin de l’année »

Jean-Pierre Serrus, vice président d’Aix-Marseille-Provence, maire (LR) de La Roque-d’Anthéron (Bouches-du-Rhône).

Vice-président d’Aix Marseille Provence en charge de la mobilité, des déplacements et des transports, Jean-Pierre Serrus pilote ce dossier stratégique sur un territoire quatre fois et demie plus étendu que le Grand Paris. Il nous livre ses priorités.

L’amélioration des transports est le dossier le plus urgent pour la métropole. Comment l’abordez-vous ?

C’est le domaine où le retard est le plus flagrant avec des infrastructures saturées, une utilisation des transports collectifs parmi les plus faibles des métropoles françaises, des déplacements reposant à plus de 90 % sur la voiture individuelle. Ce constat de faiblesse est partagé par les 92 maires des communes, ce qui nous donne une marge de manœuvre pour agir et trouver facilement un consensus. Nous avons donc choisi de nous doter très vite d’un agenda métropolitain sur les transports, une programmation à 10-15 ans des projets à réaliser et que les élus doivent pouvoir s’approprier. L’ambition est de réussir à doubler l’usage des transports en commun dans les dix ans.

Où en êtes-vous de son élaboration ?

Nous avons bouclé la phase diagnostic en juillet et, après une concertation en septembre, des premières orientations seront arrêtées à la fin du mois et en octobre, le document sera affiné dans ses dimensions financières et économiques. L’enjeu est d’avoir un document définitif lorsque nous irons rencontrer le gouvernement en novembre, dans le cadre des discussions des pactes Etat-métropoles. Pour élaborer cet agenda, nous avons fait appel à nos deux agences d’urbanisme qui s’appuient sur les études déjà réalisées par les ex-communautés d’agglomération, sur les PDU existants et sur les propositions du livre blanc de la mission métropolitaine. Le département et la région participent aussi à l’élaboration de cet agenda.

Quels projets figureront dans ce document ?

Il est un peu tôt pour en détailler le contenu, projet par projet. Nous appliquons le principe du maintien des projets lancés, comme l’extension du réseau du tramway de Marseille, engagé par l’ex-communauté urbaine MPM ou les projets de BHNS (bus bus à haut niveau de service). Parmi les projets prioritaires, il y aura la deuxième phase de Marseille-Gardanne-Aix mais aussi le traitement du nœud ferroviaire de Saint-Charles, indispensable pour la métropole. Quant aux autres projets, ils doivent s’inscrire dans une cohérence métropolitaine car notre agenda, face aux enjeux financiers, ne peut être la somme de tous les projets étudiés avant la métropole. Celle-ci, désormais la seule AOTU (autorité organisatrice de transports urbains) sur le périmètre des 92 communes, est pleinement compétente en matière de transport et met en action cette prérogative.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X