Autres

TPF Ingénierie entre dans la cour des grands

Mots clés : Conception

En absorbant une branche de SNC Lavalin France, la société intègre le top 10 de l’ingénierie construction.

Les managers de TPF Ingénierie (TPF-i) ont de quoi se réjouir. Début avril, le groupe a finalisé la reprise de la branche « ingénierie de proximité » de SNC Lavalin France (169 collaborateurs, 14 agences, 16 millions d’euros de chiffre d’affaires en année pleine). Avec cette acquisition, représentant plus du tiers de son chiffre d’affaires (42 millions pour 450 collaborateurs, avant acquisition), l’ingénieriste basé à Marseille franchit un seuil symbolique. Selon Frédéric Lassale, son président depuis 2008, elle lui ouvre la porte du top 10 des sociétés d’ingénierie françaises bâtiment et infrastructures. Tout en renforçant ses expertises dans ces deux domaines, elle permet à TPF-i de compléter son maillage géographique qui totalise 36 implantations, et « d’intégrer des compétences dans les infrastructures hydrauliques et routières », précise Frédéric Lassale. Malgré une conjoncture morose, des projets ralentis et des prix bas, la filiale française du groupe belge TPF, qui a pris pied dans l’Hexagone en 2005 avec le rachat de Beterem à Marseille, tisse sa toile sur le marché français de l’ingénierie par une politique d’acquisitions soutenue.

En quelques années, TPF-i a en effet beaucoup créé et acheté : rachat d’Ouest Coordination en 2011 (bureau d’études pluridisciplinaire), création de Mipi (montage et ingénierie de projets immobiliers) en 2012, Sonnier (reprise d’actifs en 2013), Serec à Nice et ICR à La Réunion (rachats), ou création de Betek à Monaco en 2014. Pour se démarquer de la concurrence, TPF-i mise sur le concept de la « co-créativité », qui ambitionne de repositionner l’ingénieur au cœur du processus créatif en faisant sauter la barrière ingénieur/architecte et en plaçant, dès la naissance d’un projet, tous les intervenants dans un contexte collaboratif. « Pour ce faire, nous avons mis en place de nombreux outils : un Intranet collaboratif, des clubs techniques, des plates-formes de co-innovation avec les acteurs du marché, une participation active à des programmes innovants comme Efficatiy », explique Frédéric Lassale. Parmi les références et projets de TPF-i : la rénovation et l’extension du palace Le Bristol à Paris, la construction du centre hospitalier de Bretagne Sud à Lorient, ou l’assistance à maîtrise d’ouvrage pour le Pavillon de la France à l’Exposition universelle de Milan en 2015.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X