Territoires

Toulouse Vente du patrimoine et impôts accrus pour investir encore

Mots clés : Conservation du patrimoine - Fiscalité

Dans son budget primitif principal établi à 799,5 millions d’euros en 2015, la Ville de Toulouse a inscrit 162 millions de dépenses d’investissement maintenant un niveau équivalent aux années précédentes. Elle réserve, par exemple, 16 millions à la création d’un groupe scolaire et équipement de petite enfance dans l’écoquartier de La Cartoucherie (choix de l’architecte en juin), 9,6 millions à l’espace Mémoire à Montaudran, 3,3 millions à la restauration des écoles Bénezet et Jules-Julien.

Pour réaliser cet effort, alors qu’elle n’a plus de réserve « pour amortir la chute des concours financiers de l’Etat » (-221 millions d’euros à l’horizon 2020), la commune a choisi d’augmenter de 15 % la taxe foncière (20,29 %) et la taxe d’habitation (18,25 %) avec 30 millions de recettes supplémentaires attendues. Elle cède aussi une première partie des biens « non utiles » selon trois procédures de vente : de gré à gré, aux enchères et par soumission cachetée. Les 4 millions de recettes attendues serviront à minorer le recours à l’emprunt (96 millions en 2015). Une nouvelle vague de ventes d’une valeur de 7 millions d’euros suivra en 2016.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X