Territoires

Toulouse Métropole L’aéroport fait volte-face

Mots clés : Gares, aéroports

Début 2015, la société d’exploitation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB) annonçait un programme d’investissements de près de 30 millions d’euros. Un an plus tard, Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance, et Jean-Michel Vernhes, président du directoire, ont présenté un tout autre programme. Mettant l’accent sur le développement des lignes européennes low-cost et des lignes long-courrier, la stratégie du nouvel actionnaire chinois, détenteur de 49,99 % des parts, la société Casil, implique d’adapter les infrastructures.

« Cela va débuter sous la forme de vols charters, puis, nous allons transformer cet essai en vols réguliers à l’échéance 2018. Outre la Chine, nous voulons développer des liaisons vers les Etats-Unis et le Golfe. Cela nous a conduits à arrêter l’extension de l’aérogare vers le sud présentée en 2015 », explique Jean-Michel Vernhes. D’ici à 2030, 12 millions de passagers par an sont attendus, contre un peu plus de 7 millions aujourd’hui.

Equipements extra-aéronautiques.

L’actionnaire chinois veut aussi des développements extra-aéronautiques, ce qui signifie des espaces de vente et de restauration plus conséquents. Réaménagé et étendu sur 2 000 m2, le hall D va accueillir un poste d’inspection filtrage unique (PIF), contre deux aujourd’hui. En aval du PIF, sera placée la zone commerciale d’environ 5 000 m2. Le hall A existant sera, lui, connectée à une jetée de 2 500 m2, dotée de cinq portes d’embarquement. L’équipe de maîtrise d’œuvre pour chacune des deux opérations mobilisant au total un investissement de 30 millions d’euros sera choisie en avril. A l’automne, ce seront au tour des entreprises d’être retenues pour un chantier de douze mois, à partir de la fin du premier trimestre 2017. A noter que les travaux sur le hall D commenceront par la dépose d’équipements existants.

De son côté, ATBDH, filiale immobilière d’ATB, a lancé la consultation d’un groupement de conception-réalisation pour construire un hôtel 4 étoiles de 148 chambres. Doté d’un centre d’affaires de 1 000 m2, il sera relié à l’aérogare. Le choix du lauréat doit intervenir en juin. Associé à l’architecte Jean Nouvel et au bureau d’études TPF-i (ex-Beterem), Spie Batignolles serait sur les rangs. L’enveloppe s’élève à 20 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X