Territoires

Toulouse Lifting des quais et ports du centre ancien

Mots clés : Gares, aéroports - Transport maritime

Parmi les 22 opérations pilote inscrites dans le plan guide réalisé par l’Agence TER et le bureau d’études BIFCL pour créer une continuité sur les deux rives de la Garonne, figure celle concernant « les ports et les quais historiques ». Elle permet de faire le lien avec le projet urbain « Toulouse centre » imaginé par Joan Busquets (agence BAU B) qui, lui aussi, a fait de la reconquête des bords du fleuve un élément central. Ainsi, sous sa maîtrise d’œuvre et celle d’Egis, les travaux ont démarré sur les places Saint-Pierre (parvis haut) et de la Daurade pour un coût TTC respectif de 4,2 millions d’euros et de 6,5 millions d’euros. Sur cette dernière place, le parti a été pris d’alterner dallage en grès des Pyrénées (2 700 m2) et calades de galets de Garonne (970 m2), tout en plantant pelouses et arbres sur l’espace central. L’éclairage, conçu par le designer Marc Aurel, jouera un rôle important sous forme de grands mâts, d’appliques lèche-murs ou encore de plots encastrés au sol. « C’est un travail méticuleux et fin, réalisé en lien avec l’architecte des bâtiments de France », insiste Aymeric Manciet, ingénieur chez Egis, qui rappelle le rôle des entreprises : Exedra, Lherm TP, Caro, Thomas & Danizan pour la voirie ; Eiffage et Spie pour l’éclairage ; Id Verde pour les espaces verts ; Caujolle pour la restauration des murs digue.

Consultation des entreprises au printemps.

Une fois ces aménagements réalisés d’ici à l’été 2016, ce sera au tour du port Viguerie, situé en face sur la rive gauche, de trouver une nouvelle jeunesse. Végétalisation du parvis central, installation d’une coursive piétonne en crête du mur de la digue sont quelques-unes des actions prévues pour un coût de 6,8 millions d’euros TTC.

Le confortement des digues en béton et la restauration des quais patrimoniaux sur environ 3 km au total font partie du programme. Initialement sous maîtrise d’ouvrage de l’Etat, l’opération est passée sous celle de Toulouse Métropole avec le principe d’un partage (40 % Ville-60 % Etat) des 23 millions d’euros à mobiliser. La consultation des entreprises va démarrer ce printemps, en même temps que celle pour le port Viguerie. Les travaux s’échelonneront sur trois hivers (2016, 2017, 2018). Une nouvelle étape pour un projet au long cours de valorisation du patrimoine naturel, paysager et architectural de la Garonne.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X