Territoires

Toulouse L’écoquartier de la Cartoucherie primé

Mots clés : Aménagement paysager

Alors que l’Ecole régionale de la santé y a ouvert ses portes en septembre 2015 et que les premiers 500 logements y sortent de terre, la ZAC de La Cartoucherie à Toulouse, aménagée par Oppidea, société d’économie mixte de Toulouse Métropole, a reçu le 4 novembre la mention spéciale dans la catégorie « Trophées City Planning et Aménagement du territoire ». Le prix, remis lors du Sommet infrastructures, aménagement au territoire et immobilier (Siati) à Paris, saluait la « meilleure transformation de zone urbaine dans une ville de plus de 200 000 habitants ». En effet, la commune porte depuis plus de dix ans sur cette partie ouest de son territoire le projet de transformer en écoquartier une friche industrielle de 33 ha libérée par Giat Industries.

Densité bâtie avec diversité végétale.

Conçu par Ateliers des Paysages (mandataire) et Ateliers Bernard Paris & Associés, avec le parti d’une densité bâtie alliée à une présence végétale diversifiée, ce futur quartier doit accueillir 3 500 logements, 6 000 m2 de commerces de proximité, 75 000 m2 d’activités, des équipements publics… Parmi les dernières opérations attribuées figure celle confiée au promoteur toulousain Saint-Agne Promotion, associé à l’agence parisienne MFR Architectes, à l’assistant à maîtrise d’ouvrage environnemental et énergétique Les Enter, aux bureaux d’études Occinergy et 3J Technologies. Se développant en entrée sud de ZAC, face à un Zénith, elle fera partie des derniers lots construits en 1re phase.

Conformément à la fiche de lot, le promoteur va réaliser un ensemble immobilier en « imbrication » comprenant 2 350 m2 SP de bureaux (les trois premiers niveaux) sur lesquels vont se poser 75 logements (4 775 m2 SP), dont 30 % sociaux et 15 % en accession sociale à la propriété. « Posé en figure de proue sur l’avenue, comme un élément sémaphorique, le bâtiment aura la particularité d’occuper la parcelle dans sa globalité, les niveaux de végétalisation se développeront en terrasses, dans les failles et en balcons, précise l’architecte François Malburet. La confrontation des échelles hautes et basses garantira le maximum de qualités d’usage pour les logements. L’ouverture généreuse des espaces de bureaux vers la place, offrira l’animation souhaitée sur l’espace public. ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X