Territoires

Toulouse-Castres Mise en service de l’autoroute attendue en 2023

Alors que Carole Delga, présidente du conseil régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, en fait un des projets routiers majeurs du territoire, au même titre que l’élargissement de l’A61 entre Toulouse (Haute-Garonne) et Narbonne (Aude), des voix continuent de se faire entendre contre le projet d’autoroute entre Toulouse et Castres (Tarn), sur un itinéraire de 62 km et une bande de 300 m.

Concertation.

Cela n’empêche pas les services de l’Etat d’entrer ce mois-ci en phase de concertation pour contrôler le dossier d’enquête publique. D’une durée de deux mois, cette étape précède le lancement de l’enquête publique, prévu fin 2016. En attendant, la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées va saisir l’autorité environnementale au sein du Conseil général de l’environnement et du développement durable, puis le Commissariat général à l’investissement, qui jugera de la rentabilité économique de l’infrastructure. Des premières estimations tablent sur un trafic de 9 400 véhicules par jour en moyenne. L’appel d’offres de concession se fera au moment de la déclaration d’utilité publique, en 2018. A cette date pourra commencer la consultation en vue de choisir le concessionnaire. La Dreal prévoit un début des travaux en 2020 pour une mise en service en 2023.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X