Régions

Toulouse Action volontariste en faveur du logement social

Mots clés : Collectivités locales - Logement social - Politique de la ville - Politique du logement

«Sans l’intervention des collectivités locales, il ne serait pas possible d’atteindre nos objectifs de production. L’an dernier, la participation des collectivités locales et territoriales a été multipliée par quatre, alors que les fonds de l’Etat étaient divisés par deux. » Thierry Repentin, président de l’Union sociale pour l’Habitat, n’a pas manqué de le rappeler lors du congrès national de Toulouse, le partenariat avec les collectivités locales et territoriales représente, pour les organismes HLM, une nécessité et une priorité. Un partenariat d’autant plus justifié que les organismes HLM demeurent des vecteurs essentiels en matière de rénovation urbaine.

Produire davantage

« Il est nécessaire d’intégrer le logement social dans les politiques d’urbanisme », estime Pierre Cohen, maire de Toulouse et président de la communauté urbaine. Le Grand Toulouse a prévu de produire, en 2009, 2 200 logements sociaux familiaux, locatifs ou en accession, auxquels s’ajoutent 800 logements étudiants, contre une moyenne de 1 350 logements les années précédentes. Une montée en puissance nécessaire pour atteindre un objectif de 20 % de logements sociaux à la fin du mandat, pour l’ensemble des 25 communes du Grand Toulouse.

Ce renforcement de la production prend en compte la vente en bloc par les promoteurs privés, dans le cadre du plan de relance national, d’environ 950 logements rachetés par des bailleurs sociaux et de 400 logements repris par la SNI.

L’autre axe d’action en faveur du logement social s’inscrit dans la politique de maîtrise foncière, avec un quota de logements sociaux dans les ZAC supérieur à 25 %. Le budget lié à la politique du logement et de l’habitat a été doublé pour passer à 19 millions d’euros, afin de permettre la livraison de 4 500 logements sociaux dans les trois ans. La politique de la Ville de Toulouse en faveur de l’habitat social trouve enfin une traduction dans la réorientation du GPV (Grand projet de ville), avec une croissance des moyens financiers de l’ordre de 45,5 % en 2009.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X