Dossier Chantier

Toujours prévoir les imprévus

Mots clés : Toiture

Aussi précis et complet soit-il, le diagnostic préalable ne suffit pas. Lors du chantier, il faudra se montrer vigilant et s’attendre à effectuer des modifications, une fois les éléments de toiture enlevés. Retour d’expérience sur deux chantiers.

Très souvent, la surélévation est présentée comme un moyen économique de gagner des mètres carrés. Dans la pratique, ce n’est pas toujours vrai. Damien Malbrand, architecte spécialisé, en témoigne : « Il est compliqué de mener à bien des surélévations peu coûteuses, notamment à cause de la complexité et des incertitudes sur le chantier. Dès la phase de conception, de nombreuses inconnues entrent en compte, surtout en site occupé. D’un côté, il faut organiser le chantier, choisir les techniques et les matériaux adéquats. De l’autre, s’attendre à rencontrer de nombreux imprévus, davantage que dans le neuf. »

Témoins

Le diagnostic préalable (structure, matériaux, ingénierie) et le relevé des cotes ne lèvent en effet pas toutes les incertitudes. Lors du chantier, la vigilance est de mise et l’on doit s’attendre à des modifications, une fois les éléments de toiture retirés. Voilà pourquoi un second diagnostic, en cours de chantier, parera à d’éventuelles mauvaises surprises.
Une structure de toiture n’est pas prévue initialement...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 346 du 26/11/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X