Régions Toulouse

Tisséo lance ses grands chantiers pour les transports

Mots clés : Accessibilité - Entreprise du BTP - Gestion et opérations immobilières

50 arrêts ferroviaires prioritaires en Nouvelle-Aquitaine nécessitent des travaux d’accessibilité d’ici à 2025.

23 entreprises du BTP des Deux-Sèvres ont été liquidées en 2016.

Source : CCI Deux-Sèvres.

+ 10 % Hausse des prix de l’immobilier à Bordeaux sur les douze derniers mois.

Doublement des capacités de la ligne A du métro, projet de création d’une troisième ligne, plan Mobilités 2020-2025-2030 : Tisséo, le syndicat mixte des transports en commun de Toulouse Métropole, a récemment dévoilé les principaux chantiers inscrits dans le cadre de la réorganisation de son offre. Un plan d’actions destiné à faire face à une croissance démographique parmi les plus dynamiques d’Europe, avec près de 18 000 nouveaux habitants par an (+ 1,4 %) au sein de l’aire urbaine toulousaine (450 communes, 1,3 million d’habitants).

Première opération d’envergure, le programme de doublement de la capacité de la ligne A, dont la mise en service date de 1993. Un chantier dont le montant global avoisinera 180 millions d’euros et qui permettra de porter à près de 285 000 le nombre de passagers transportés quotidiennement en 2025, contre 210 000 en 2015. Tisséo vient de demander à la préfecture de Haute-Garonne de prendre un arrêté de déclaration d’utilité publique pour sa réalisation. Dans les faits, les stations Mermoz, Fontaine-Lestang et Patte-d’Oie seront réaménagées pour permettre leur exploitation avec des rames de 52 mètres de long contre 26 mètres actuellement. « Ce projet représente l’unique solution pour répondre à l’augmentation du trafic prévue sur les prochaines années », explique Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo.

Un conseil scientifique pour la troisième ligne de métro. Dans la perspective du projet de création d’une troisième ligne de métro (coût estimé à 2,2 milliards d’euros), Tisséo annonce la création d’un conseil scientifique, démarche recommandée par la Commission nationale du débat public dans ses conclusions du débat public organisé du 12 septembre au 17 décembre 2016. Composé d’une dizaine d’experts (spécialistes en transport, urbanisme, ingénierie financière), ce conseil sera chargé de veiller « à la complétude, à la pertinence et à la qualité des études préalables à la réalisation » de cette opération. La nouvelle ligne devrait relier, à l’horizon 2024, les gares de Colomiers, au nord de la métropole, à la gare de Labège, au sud, soit un tracé de 28 km comportant 22 stations.

Dernier acte de ce plan d’actions, le lancement en septembre prochain de l’enquête publique relative au projet Mobilités 2020-2025-2030. Valant révision du plan de déplacements urbains, ce document prévoit un investissement global de 4 milliards d’euros pour répondre à trois enjeux majeurs : renforcer l’accessibilité multimodale de l’agglomération, maintenir l’attractivité des zones économiques et organiser les conditions de la mobilité dans un contexte de croissance démographique soutenue. Objectif : absorber les 500 000 déplacements quotidiens supplémentaires attendus d’ici à dix ans au sein de la métropole.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X