Enjeux SPECIAL INNOVATION

Tertiaire – Un label pour mesurer la connectivité des bâtiments

Mots clés : Innovations

Un nouveau label a fait son apparition dans le paysage francilien : Wired Certification. Cet outil garantit la connectivité des bâtiments tertiaires, c’est-à-dire l’accès à Internet (réseau fixe et wifi) et la couverture de téléphonie mobile dans tout le bâtiment. Drôle d’idée ? A priori, oui. Tous les bâtiments sont connectés à Internet. Et pourtant, depuis le lancement du label le 9 mars dernier, 14 programmes immobiliers (le Cloud, les tours Duo, CBX, etc. ) ont été certifiés. « Beaucoup de pannes de connectivité sont dues à la construction du bâtiment. Avec l’utilisation de matières isolantes, le bâtiment se coupe aussi d’Internet », signale Tamara Brisk, directeur général de WiredScore en France, qui octroie le sésame.

Entre 9 500 et 45 000 euros. Labelliser un bâtiment existant ou un programme immobilier permet d’assurer aux investisseurs et aux futurs locataires que l’accès à Internet et le maintien du réseau ont été mûrement réfléchis. « Nous vérifions par exemple qu’il existe plusieurs cheminements du réseau pour qu’il y ait toujours une solution de secours en cas de problème », explique Tamara Brisk. La labellisation est réalisée sur la base d’une grille d’évaluation de 100 points répartis en fonction de 29 critères sur des bâtiments existants et sur les plans des projets immobiliers.

« Pour les projets en développement ou en restructuration, la labellisation coûte 75 centimes du m², avec un tarif minimum de 13 500 euros et un prix maximum de 45 000 euros, détaille Tamara Brisk. Dans l’existant, le prix recule à 60 centimes du m², pour un prix variant entre 9 500 euros et 30 000 euros. » Pourquoi une telle différence de prix ? « Le travail sur les projets en développement ou en restructuration est plus important, notamment sur la conceptualisation des fluides. » Actuellement, plus de 800 bâtiments aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne ont obtenu le label Wired Certification, dont plus de 250 à Londres. En France, la société WiredScore souhaite labelliser une centaine de bâtiments d’ici à la fin de l’année 2017 et se développer dans toutes les métropoles.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X