Architecture Campus

Terre de formation et terreau de l’innovation

Mots clés : Apprentissages - Béton - Innovations

Le chantier du complexe étudiant d’EDF a permis un nouveau mode de mise en œuvre du BFUP.

Sur le plateau de Saclay, EDF varie dans ses formes. Aussi vrai que son centre de recherche et développement inauguré en 2016 tourne en ronds multiples (voir page 42), son bâtiment dédié à la formation professionnelle se tient unique et droit. Livré à la fin 2015 et ouvert depuis septembre dernier, ce nouveau Campus est destiné à accueillir 20 000 stagiaires par an, qui viendront là découvrir les métiers du groupe ou approfondir leurs compétences.

Lors du lancement du projet, Henri Proglio, qui présidait alors EDF, avait souhaité que toutes les catégories de salariés, des cadres aux apprentis, puissent être accueillies en un même lieu. Très pratiquement, le site devait donc aussi être pensé pour que ces personnels venus d’un peu partout puissent naviguer aisément de salles de cours en sessions de perfectionnement technique, du restaurant jusqu’aux lieux de loisirs et d’hébergement. La dispersion était à proscrire et, en 2011, les architectes Emmanuel Combarel et Dominique Marrec (ECDM) avaient remporté le concours en poussant au maximum la logique du regroupement. Si l’année précédente, lors de la compétition pour le centre de R & D, leur agence avait échoué avec une proposition de bâtiment unitaire face aux quatre soucoupes imaginées par leur confrère Francis Soler, la carte de « l’extrême compacité » s’était cette fois révélée payante.

Compression ou dilatation des programmes. « Nous avons opté pour une organisation verticale », expliquent aujourd’hui Emmanuel Combarel et Dominique Marrec. Les usages s’empilent dans un même parallélépipède, des espaces d’accueil et de convivialité du rez-de-chaussée aux 270 chambres individuelles des étages supérieurs. « Afin de rendre tous ces programmes parfaitement superposables, nous avons parfois dû les compresser ou, au contraire, les dilater », poursuivent les architectes. Ils se sont toutefois autorisés quelques entorses à la règle du volume unique. Tandis qu’une salle d’exposition s’avance sur le parvis, les ateliers de formation technique sont logés dans une halle annexe, à l’arrière du bâtiment.

Cette stratification des fonctions est rigoureusement traduite en façade. Les salles de formation forment un grand socle brun, enserré dans de hautes fenêtres, tandis que les chambres s’assemblent en cubes blancs pour composer le couronnement du bâtiment. Ces deux trames différentes ont été obtenues en recourant à un même BFUP (béton fibré ultra-hautes performances), le Ductal mis au point par groupe Lafarge Holcim. « Nous avons été fascinés par la ductilité de ce produit, mais aussi par l’économie de moyen et de matière et par la qualité de finition qu’il permet », explique Dominique Marrec. Toujours soucieuse d’offrir à ses projets une « peau » parfaite, ECDM avait déjà eu recours à ce Ductal, notamment pour créer le douillet manteau blanc d’une crèche parisienne (Le Moniteur N°5657 du 27 avril 2012).

Mais à Saclay, la mise en œuvre de ce BFUP a été l’occasion d’une innovation notable. Pour la première fois, il a été, non pas coulé, mais pulvérisé dans des moules en bois. Jérémy Bernier, chef de projet chez ECDM, note en effet qu’il « a cette propriété d’être assez fluide pour pouvoir être projeté et pourtant adhérer. De cette manière, nous avons pu aboutir à des éléments d’une très grande finesse ». Malgré leurs grandes dimensions, les modules des façades du Campus EDF peuvent ainsi présenter, en partie courante, une épaisseur réduite à 15 mm.

Maîtrise d’ouvrage : EDF, déléguée : Sofilo ; AMO : Orénoque (conception), AIA (travaux). Maîtrise d’œuvre : ECDM, architecte mandataire ; Calq, direction de travaux ; Aptec MO, paysage ; AVA, acousticien ; BET : J.-P. Miécaze (structure), VP & Green (façades), Thor ingénierie (fluides), Setec (VRD). Entreprise générale : Bouygues Construction privée. Réalisation éléments de façades : Ductal Lafarge Holcim, Betsinor, C & E Ingénierie. Coût travaux : 70 M€ HT. Calendrier : concours : 2011 ; chantier : décembre 2013, livraison : décembre 2015, mise en service : septembre 2016.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X