Technique et chantier

Teramat favorise la mixité des tâches d’entretien et de réparation

Organisation. Ce concessionnaire Hitachi, Sennebogen, Hamm et Bell ne fait pas de distinction entre les techniciens d’atelier et les dépanneurs itinérants.

Chez Teramat, distributeur de matériels pour travaux publics en Rhône-Alpes et en Franche-Comté, il n’y a pas, d’une part, des techniciens d’atelier préparant ou réparant les machines, d’autre part des dépanneurs itinérants allant de chantier en chantier à bord de leur fourgon. Ils sont les deux faces d’un même métier. Une organisation originale des ressources humaines qu’explique Yannick Mithieux, directeur technique. « Le dépannage, c’est la meilleure des écoles. C’est techniquement complexe, physiquement plus dur car on travaille en extérieur, et humainement plus délicat car on est en contact avec les clients. Les dépanneurs, ce sont les meilleurs. C’est pourquoi je veux qu’ici, tout le monde le soit. » Exemple dans l’agence Teramat d’Heyrieux, en Isère comprenant 6 techniciens et 5 fourgons ; même le soudeur peut partir en intervention grâce à une camionnette spécialement aménagée qui embarque un groupe électrogène et un poste à soudure d’une puissance de 500 A. Les hommes sont tantôt à l’atelier pour entretenir les machines − Teramat en vend environ 160 par an −, tantôt en intervention extérieure. Cette organisation prime dans les quatre agences du réseau, ce qui représente une flotte totale de 15 fourgons d’intervention. Pour le service après-vente, Yannick Mithieux est contraint d’innover car la concession souffre d’une difficulté : « Nous commercialisons les pelles Hitachi. Celles-ci ont la réputation de ne jamais tomber en panne. Or, croyez-moi, c’est vrai ! » Du coup, Teramat cherche à développer l’entretien et la réparation d’autres marques que celles qu’elle représente officiellement. Se pose alors le problème des pièces détachées. « Nous proposons des pièces compatibles à un prix intéressant, ou de la pièce d’origine que nous facturerons plus cher car nous ne bénéficions pas de la remise constructeur pour ces marques. Ces deux offres sont clairement identifiées dans notre devis. Au client de choisir en connaissance de cause. » En matière de pièces, la disponibilité est primordiale et peut emporter la décision d’achat, d’où un stock de 4 600 références, qui représente quelque 800 000 euros, géré par le concessionnaire. Il est aidé par un magasin de stockage équipé comme un site industriel, hérité de ce qui fut l’usine Furukawa.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X