Produits

Tendances Une filière granulés en pleine construction

Mots clés : Bois - Energie renouvelable - Equipements techniques et finitions - Maison individuelle - Produits et matériaux

Renouvelé depuis huit ans, le jeune marché français de la chaudière bois à granulés (ou pellets) demeure un des moins développé en Europe. La faute notamment à son combustible. La filière s’organise.

«La France accuse un important retard par rapport à des marchés matures comme l’Italie, l’Allemagne et surtout l’Autriche d’où sont issus la majorité des acteurs présents dans l’Hexagone », rapporte Frédéric Huignard, P-DG de Silène. 15 000 à 20 000 chaudières bois à granulés sont vendues chaque année outre-Rhin quand en France moins de 1 % sont à granulés sur les 600 000 écoulés. À titre de comparaison, les poêles à granulés, moins chers et plus faciles à installer, atteignent 5 % du marché des appareils indépendants au bois. Les chaudières à granulés restent donc peu visibles et inscrites dans un marché de niche. Mais elles ont connu une légère hausse en 2008 par rapport à 2009 : 4 500 appareils ont été vendus contre 4 200. Parallèlement, les pompes à chaleur, très prisées comme équipement exploitant des énergies renouvelables, accusent un important recul de 20 %. « C’est plutôt positif pour les chaudières qui ont progressé en dépit d’un contexte de crise, constate optimiste Thomas Perrissin, directeur d’ÖkoFEN France. D’autant qu’elle s’adresse en priorité à l’habitat individuel. »

Percée dans le collectif et le tertiaire

« Le granulé a un plus fort potentiel de hausse car plus adapté en ville que la chaudière bois déchiqueté qui est tributaire des contraintes de livraison, de stockage et de la proximité du combustible », ajoute Frédéric Huignard. Les...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 175 du 01/10/2010
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X