Produits

Tendances Capteurs plans ou capteurs sous vide ?

Mots clés : Energie renouvelable - Verre

Le débat entre les deux principales technologies, capteurs plans ou à tubes sous vide, fait rage, chacune d’entre elles ayant ses avantages, mais aussi ses faiblesses.

Si chaque fabricant a ses particularités, deux grandes technologies de capteurs se distinguent. La plus courante dans l’habitat est le capteur plan (capteur vitré ou non) à circulation de liquide. Constitué d’un coffre en aluminium, acier galvanisé ou matériau de synthèse, il comprend une grille hydraulique composée de collecteurs et de tubes, dans lesquels circule un fluide caloporteur. Ils sont recouverts d’une surface sombre sélective avec un traitement spécifique destiné à gagner un maximum d’énergie sans en perdre par émissivité : c’est l’absorbeur. En fond de coffre se trouve un isolant thermique. Le tout est placé sous une vitre. « Les capteurs ventilés, pourvus d’orifices permettant d’évacuer la buée qui se crée le matin, représentent 90 à 95 % du marché des capteurs plans en France, souligne Joseph Colantuono, directeur produits chauffage de Buderus, car ils présentent un excellent rapport qualité/prix. Ceux que nous proposons sont constitués de fibre de verre renforcé. Les capteurs étanches contiennent un gaz rare, en l’occurrence de l’argon pour nos produits, entre la vitre et l’absorbeur pour améliorer la transmission du rayonnement, diminuer les pertes par convection et éviter la condensation. Ils sont donc performants dès les premiers rayons du soleil. »

Les capteurs à tubes sous vide sont constitués de tubes transparents généralement en verre, comportant un espace vide d’air entre la paroi extérieure de chaque tube et son absorbeur. Le vide joue alors le rôle d’isolant. « Nous vendons davantage de capteurs sous vide tout simplement parce qu’ils sont plus performants, affirme Denise Dhenin, responsable communication de Frisquet. Et le prix n’est pas un problème pour nos clients. » Ils sont en effet plus chers, mais aussi plus efficaces car, du fait de leur circonférence, ils peuvent capter davantage de rayonnement solaire, sauf quand ils sont installés en façade. En outre, les tubes peuvent être orientés individuellement de plus ou moins 30°. Ces capteurs ont en revanche l’inconvénient de s’intégrer moins facilement en toiture. « Par ailleurs, à performance égale, les capteurs sous vide permettent une réduction de l’absorbeur d’un tiers par rapport aux plans, ajoute Jurgen Zeimet, chef produit...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 165 du 01/10/2009
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X