Enquête

Technicien de maintenance : plus qu’un exécutant, un conseiller

Mots clés : Hygiène et sécurité du travail - Métier de la construction - Rénovation d'ouvrage

En poste fixe ou itinérant, il assure l’entretien des installations d’un site. Responsable de son emploi du temps, il doit savoir s’organiser et s’adapter aux imprévus. Le métier évolue sous l’impulsion du Grenelle de l’environnement.

Tout sauf statique. Dépannage, relation clients, protocole technique… le métier de technicien de maintenance, en poste fixe ou itinérant, se distingue par sa variété. Ses responsabilités sont doubles : assurer l’entretien courant des installations d’un site (climatisation, chauffage, ventilation) et rester disponible pour les urgences éventuelles. Cette gymnastique sur l’emploi du temps constitue un des intérêts du métier, comme l’explique Cécile Chantendeau, DRH du groupe Balas spécialisé dans les domaines de la plomberie, de la couverture et du génie climatique : « Maître de son planning, le technicien de maintenance bénéficie d’une grande liberté. Seulement il doit toujours veiller à dégager 20 % de son temps pour les imprévus. Cela nécessite autonomie et sens des responsabilités », précise-t-elle.

De plus en plus un rôle commercial

Seul sur le terrain, en contact direct avec la clientèle, le technicien de maintenance endosse de plus en plus un rôle commercial et de conseil. Grenelle de l’environnement oblige, les clients attendent désormais qu’il soit force de propositions en matière d’économies d’énergie. Et les évolutions ne manquent pas. Innovations techniques (mallette à combustion manuelle, logiciel de maintenance assistée…), normes de sécurité, contraintes environnementales (récupération des fluides, recyclage…), le métier devient plus pointu. Une maîtrise de la technique qui doit s’accompagner de connaissances périphériques selon Cécile Chatendeau : « Il participe aujourd’hui à la préparation de certains devis, indique-t-elle. Il faut donc maîtriser des notions économiques comme les prix de vente ou les prix de revient. »

Le métier se révèle varié même dans ses perspectives d’évolution. En effet, en trois ou quatre ans, un technicien à fort potentiel commercial peut aisément devenir chargé de clientèle. De même, s’il présente des prédispositions pour l’encadrement, il pourra évoluer vers un poste de chef d’équipe.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Mickaël Brossart, 25 ans, technicien de maintenance, Hervé Thermique (44)

Je suis entré dans le métier à la suite d’un BTS frigoriste. Ce fut une très bonne surprise. Il n’y a aucune routine. Les interventions sont à chaque fois différentes et les outils évoluent sans cesse. Mes missions sont de deux ordres : le préventif, qui consiste à entretenir les installations, et le correctif, qui demande souvent d’intervenir dans l’urgence. Identifier et réparer une panne sur un site que je découvre est très valorisant. La capacité d’adaptation, c’est la base de mon métier. Comme je fixe seul mon emploi du temps, je veille à bien m’organiser pour ne pas me laisser dépasser. J’apprécie cette liberté. Une autre source de satisfaction pour moi, c’est le contact avec les clients.

ENCADRE

Les caractéristiques du métier

Action préventive : itinérant ou en poste fixe chez un client, le technicien de maintenance gère et assure de façon autonome la maintenance des installations. Il décide des opérations d’entretien nécessaires à la pérennité des installations.

Action corrective : il diagnostique les pannes et assure les réparations correspondantes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X