Enjeux

Tchernobyl sous cloche

Mots clés : Entreprise du BTP

Réalisée par Bouygues et Vinci, l’arche de confinement du réacteur endommagé est désormais en place.

Le passant égaré dans la zone interdite de Tchernobyl, à 110 km au nord de Kiev, la capitale ukrainienne, se sent vraiment minuscule. Ce n’est pas tant le poids de la dramatique histoire du lieu qui se fait écrasant que la masse de métal qui domine désormais l’ancienne centrale nucléaire. Pas moins de 108 m de hauteur et 267 m de largeur, l’arche de confinement impressionne par ses dimensions titanesques.

Empêcher tout dégagement de poussières. Montées patiemment pendant six années à l’écart de la centrale, afin de protéger les travailleurs des radiations, ses 36 200 tonnes ont récemment été poussées sur 327 m. Une tâche délicate qui interdisait de dépasser la vitesse de 10 m par heure. « L’enceinte de confinement est tout simplement la plus grande structure métallique mobile du monde », a rappelé Xavier Huillard, le P-DG de Vinci, partenaire à parts égales avec Bouygues du groupement Novarka, à l’occasion de la cérémonie d’inauguration, le 29 novembre.

Désormais, l’arche et sa double peau en inox couvrent le réacteur numéro 4, celui-là même qui a connu une violente explosion le 26...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5899 du 09/12/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X