Métier

Sylvea n’a pas froid aux yeux

Mots clés : PME

Méthodes et technicité permettent à la PME de Montauban de se positionner sur les chantiers d’envergure.

Cet été, Gabriel Bellounat, président de Sylvea, et ses 44 salariés vont intégrer un nouveau siège. Construit près de l’ancien, dans la zone industrielle Nord à Montauban (Tarn-et-Garonne), il sera la vitrine de l’entreprise. Dans le hall d’entrée du bâtiment de 500 m2, le visiteur pourra admirer les réalisations de la PME qui, depuis 2011, a doublé son chiffre d’affaires, aujourd’hui à 9 millions d’euros : « La structuration de l’entreprise qui s’appuie sur un holding, des nouvelles activités comme le bardage et la métallerie, complémentaires de l’activité historique de menuiserie, et des chantiers plus importants en volume expliquent la progression », commente Gabriel Bellounat.

Reprise en 2000, Sylvea n’a plus grand-chose à voir avec l’entreprise De Faveri, son appellation d’origine. A l’époque, la PME familiale créée en 1973 par les frères René et Richard De Faveri avait une compétence en menuiserie intérieure et extérieure bois reconnue localement. Elle comptait 8 salariés. En 2011, Gabriel Bellounat la transforme en SAS et la baptise « Sylvea ». Parallèlement, il développe l’activité agencement, puis le bardage en 2011 et la métallerie en 2015 « pour apporter de la valeur ajoutée ». L’ancien conducteur de travaux, qui a fait ses armes chez des majors du bâtiment, ne sait toujours pas faire une fenêtre mais il en connaît les tenants et aboutissants. Quatre audits successifs l’ont aidé à organiser l’entreprise, à la doter des bons outils et à s’entourer des bonnes personnes. Son directeur des travaux Jérémie Doucy s’occupe ainsi de la partie menuiserie, s’appuyant sur des conducteurs de travaux et des techniciens méthodes. De même avec Nicolas Crantelle, directeur du développement et des opérations, pour le bardage. L’atelier occupe 14 personnes.

Force de proposition.

C’est tout un écosystème qui permet à la PME de se positionner sur les chantiers techniques d’envergure dans le Sud-Ouest, à l’instar de l’opération de l’UFR de psychologie de l’université Jean-Jaurès à Toulouse. Titulaire des lots menuiserie intérieure et bardage, Sylvea a été force de proposition. « Nous avons demandé de grands volumes intérieurs vitrés pour renforcer l’impression d’espace, témoigne l’architecte Vincent Espagno. Sylvea est venu avec une solution sur mesure développée par Promat. Nous avons aussi bien apprécié son souci de régler tous les détails. » Toujours dans l’agglomération de Toulouse à Blagnac (Haute-Garonne), elle réalise, comme sous-traitant de Vinci Construction, les menuiseries et l’habillage bois de la future université des managers d’Airbus.

La crise n’a pas laissé indemne Sylvea. En 2011, elle a perdu 15 % de son chiffre d’affaires et a licencié 4 personnes. Raison de plus de travailler la méthode pour un juste prix. Gabriel Bellounat ne réserve pas ce discours à ses seuls collaborateurs. Président de la fédération du bâtiment de Tarn-et-Garonne depuis 2014, il le tient aussi aux adhérents. Il les a convaincus de signer la charte de lutte contre le travail illégal Ethibat. Et il envisage de créer une commission éthique avec l’ensemble des partenaires : Etat, collectivités, fournisseurs…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X