Enjeux

Sylfen dope l’autonomie énergétique des bâtiments

Grâce à l’hydrogène, la jeune pousse grenobloise parvient à stocker et déstocker l’énergie à souhait.

Miser sur l’hydrogène pour introduire plus de flexibilité dans le pilotage des futurs bâtiments et écoquartiers autonomes en énergie ? C’est le pari de Sylfen, une start-up grenobloise, codirigée par Nicolas Bardi, Caroline Rozain et Marc Potron. Elle s’appuie sur une technologie capable de stocker les surplus d’énergies renouvelables sous forme de gaz pour les restituer, à la demande, sous forme d’électricité et de chaleur. Son Smart Energy Hub est le fruit de dix années de recherche et développement au CEA Tech, la branche « recherche technologique » du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

« Notre système synthétise l’hydrogène à haut rendement par électrolyse de l’eau. Il présente par ailleurs l’avantage d’être réversible pour se comporter comme une pile à combustible », livre Nicolas Bardi, ancien directeur de laboratoire au CEA Tech et cofondateur de Sylfen en juin 2015. Pour se distinguer sur le marché émergent de l’autoconsommation, marché sur lequel sont positionnés d’autres frenchy comme PowiDian ou Atawey, l’entreprise joue résolument la carte de cette offre « deux en un ».

...
Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5945 du 20/10/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X