Territoires

Sud-Ouest Un protocole au printemps 2017 pour financer la LGV

Mots clés : Transport ferroviaire

Benoît Weymuller, du Conseil général de l’environnement et du développement durable, et Alain Bodon, de l’Inspection générale des finances, accompagneront les collectivités du Grand Sud-Ouest à établir les conditions de financement des lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. Nommés par le secrétaire d’Etat chargé des Transports Alain Vidalies, les deux hauts fonctionnaires feront les premières propositions à la mi-septembre lors d’une réunion avec les collectivités. Le protocole de financement devrait être signé au printemps 2017.

Emprunts à long terme et plan Juncker. Parmi les modes de financement privilégiés par les collectivités figurent les emprunts sur le long terme de quarante-cinquante ans ou le recours aux financements européens par le biais du plan Juncker.
Les partenaires se sont aussi mis d’accord sur le principe d’une « convention d’initialisation ». Les régions Nouvelle Aquitaine et Occitanie, ainsi que les deux métropoles Bordeaux et Toulouse, s’engagent à prendre en charge la moitié d’une enveloppe de 45 millions d’euros réservée aux premières études pré-opérationnelles et acquisitions foncières. L’Etat prend l’autre partie. Le début des travaux du Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO), dont le coût d’investissement (valeur août 2013) s’élève à 9,2 milliards d’euros, était initialement programmé pour 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X