Territoires

Sud-Ouest Un protocole au printemps 2017 pour financer la LGV

Mots clés : Transport ferroviaire

Benoît Weymuller, du Conseil général de l’environnement et du développement durable, et Alain Bodon, de l’Inspection générale des finances, accompagneront les collectivités du Grand Sud-Ouest à établir les conditions de financement des lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. Nommés par le secrétaire d’Etat chargé des Transports Alain Vidalies, les deux hauts fonctionnaires feront les premières propositions à la mi-septembre lors d’une réunion avec les collectivités. Le protocole de financement devrait être signé au printemps 2017.

Emprunts à long terme et plan Juncker. Parmi les modes de financement privilégiés par les collectivités figurent les emprunts sur le long terme de quarante-cinquante ans ou le recours aux financements européens par le biais du plan Juncker.
Les partenaires se sont aussi mis d’accord sur le principe d’une « convention d’initialisation ». Les régions Nouvelle Aquitaine et Occitanie, ainsi que les deux métropoles Bordeaux et Toulouse, s’engagent à prendre en charge la moitié d’une enveloppe de 45 millions d’euros réservée aux premières études pré-opérationnelles et acquisitions foncières. L’Etat prend l’autre partie. Le début des travaux du Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO), dont le coût d’investissement (valeur août 2013) s’élève à 9,2 milliards d’euros, était initialement programmé pour 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X