Régions Hauts-de-France

SPÉCIAL NUMÉRIQUE – Pour la meilleure option de réhabilitation, cliquez ici

Mots clés : Infrastructure de transports - Politique énergétique - Rénovation d'ouvrage - Transport ferroviaire

45 000 kWh Economies d’énergie réalisées grâce au projet européen Trime expérimenté par Vilogia dans la métropole lilloise.

32 M€ Montant des prêts de haut de bilan accordés à Habitat 76 par la Caisse des dépôts.

Plus de 30 M€ seront investis par la SNCF pour améliorer le centre de maintenance des TGV à Hellemmes (Nord).

Connaître en un seul clic la meilleure méthode de réhabilitation d’un logement, aussi bien d’un point de vue économique qu’environnemental et ce sur cinquante ans. C’est le rêve de tous les bailleurs confrontés à un patrimoine vieillissant. Pour se donner les moyens de créer cet outil qui lui simplifierait bien la vie, le bailleur Maisons et Cités et ses plus de 63 000 logements – dont la grande majorité sont des habitations individuelles à réhabiliter – participe avec de nombreux partenaires (1) à Bat-Eco2.

Ce programme de recherche a été lancé fin 2015 pour trois ans à la suite de l’appel à projet « Analyse en cycle de vie (ACV) et nouveaux modèles de développement » de l’ex-région Nord-Pas-de-Calais qui visait l’intégration de l’approche cycle de vie par les acteurs de la région. Il contribue au développement d’un outil d’évaluation environnementale et économique de solutions de rénovation du bâti ancien. « Nous étions déjà sensibilisés à cette question d’ACV via le développement d’un logiciel pour la construction neuve », souligne Hervé Minjon, directeur général adjoint immobilier de Maisons et Cités (lire encadré). « Quelques outils d’ACV pour la construction neuve émergent mais il n’existe rien pour la réhabilitation », souligne Alain Bataille, pilote du projet et maître de conférences en matériaux ACV à l’université d’Artois. L’étude teste, entre autres, divers logiciels et bases de données existants ainsi que des méthodes de modélisation afin de mettre au point un cahier des charges pour un futur logiciel de calcul.

Les évaluations dépendent de bases de données pas forcément satisfaisantes.

Etude d’un cas concret. Pour se baser sur un exemple précis, les partenaires de l’étude ont pu ausculter la réhabilitation réalisée par Maisons et Cités dans la cité minière, typique du patrimoine du bailleur, du quartier Bois d’Epinoy à Libercourt (Pas-de-Calais). Maisons et Cités y a investi près de 70 000 euros par logement pour la réhabilitation de 79 maisons datant de 1939 et dotées d’une étiquette énergétique F. D’une surface d’environ 70 m2 chacune, elles peuvent désormais prétendre à un C voire un B, soit le niveau BBC Rénovation. D’ailleurs, les données collectées et le gros travail réalisé sur ce chantier vont en parallèle alimenter le test national lancé en 2016 par l’association HQE sur la rénovation. « Le travail réalisé sur les méthodologies de l’ACV et de l’analyse des coûts des cycles de vie (ACCV) permettra de mettre en lumière les plus gros contributeurs environnementaux et économiques de l’opération. Nous nous sommes basés sur une durée de cinquante ans avec des hypothèses de consommation énergétique moyennes allant de 160 kWh/m2 .an à 100 kWh/ m2 .an. Nous constatons déjà que le poste VRD et béton est très impactant », explique le pilote du projet.

Obtenir un raisonnement en coût global. Reste que les évaluations sont largement dépendantes des bases de données existantes. Or pour l’heure, elles ne sont pas forcément satisfaisantes, pour des questions de disponibilité, de mise à jour, d’exactitude ou de coût d’accès. « Nous n’avons, par exemple, pas trouvé de données sur le schiste utilisé », illustre le chercheur. Pour aller plus loin, Alain Bataille encadre aussi une doctorante. Sa thèse vise à développer une première version du logiciel permettant d’obtenir un raisonnement en coût global. Raisonnement qui fait encore trop largement défaut.

Pour former les acteurs du bâtiment à ces nouveaux modes de raisonnement, le pôle d’excellence régional sur les éco-activités (CD2E) propose d’ailleurs les 13 et 14 septembre à Loos-en-Gohelle la formation « Découvrir l’analyse en cycle de vie et être outillé pour l’expérimentation énergie-carbone ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Une conception-réalisation pour tester l'ACV en construction neuve

Pour mettre à l’épreuve son logiciel d’analyse en cycle de vie (ACV) de la construction neuve, Maisons et Cités va lancer dans quelques mois un appel d’offres en conception-réalisation.

« Aujourd’hui, chacun a sa propre vérité. Pour certains, le bois est la panacée ; pour d’autres, pas mieux que la brique. Nous voulons pouvoir disposer des données concrètes nous permettant de concilier coût et qualité environnementale. Grâce à cet appel d’offres “open bar”, nous espérons recevoir le plus de réponses constructives différentes à passer sur le gril de l’outil : bois modulaire, parpaings de pierre ponce, structures métalliques préfabriquées », illustre Hervé Minjon, directeur général adjoint immobilier du bailleur. Le logiciel permet de monétiser l’ensemble des indicateurs : durée du chantier, performance thermique supplémentaire, déchets produits, eau consommée, maintenance nécessaire pour chaque type de solution…

(1) Le laboratoire génie civil et géo-environnement de Lille Nord de France, l’université d’Artois, le CD2E, le centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (Ciraig), l’ordre régional des architectes, l’université de Lille 1, Maisons et Cités et la région Hauts-de-France.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X