Architecture VRD

SPÉCIAL NUMÉRIQUE – Les réseaux se partagent en réseau

Mots clés : Informatique - Logiciels - Outils d'aide - Voirie

Un logiciel collaboratif de conception assistée par ordinateur est utilisé sur le site du futur réacteur Iter.

Entrelacés autant qu’enchevêtrés, les différents réseaux qui doivent parcourir, à l’horizon 2025, les 42 ha du site du futur réacteur thermonucléaire expérimental international Iter (International Thermonuclear Experimental Reactor) relèvent en apparence davantage du plat de spaghettis que du parfait ordonnancement. Galeries techniques en béton armé, réseaux d’eaux pluviales, réseaux sanitaires et industriels, canalisations en acier inoxydable pour l’eau de refroidissement, éclairage public, etc. Au total, plus de 10 km linéaires de réseaux divers se déploieront à terme sous les 40 bâtiments construits à l’heure actuelle à Cadarache, à une quarantaine de kilomètres au nord d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). S’ajouteront à ces infrastructures 40 km linéaires de mise à la terre et 224 000 m2 de voiries.

Un outil développé pour l’aéronautique. Pour concevoir, construire et exploiter ce dédale de réseaux, les différentes parties prenantes du projet Iter – à commencer par le maître d’ouvrage, Fusion for Energy, et l’entreprise mandataire du groupement en charge des travaux, Spie Batignolles TPCI – ont misé sur un logiciel collaboratif de conception assistée par ordinateur (CAO), développé à l’origine par le groupe Dassault pour les besoins de l’industrie aéronautique. Dénommé Catia, ce programme permet, dans le cadre du chantier d’Iter, de modéliser en 3D tous les réseaux enterrés, indépendamment les uns des autres, au moyen d’un seul et même outil numérique. Une première dans les domaines du terrassement et des VRD (voiries et réseaux divers).

Modéliser tous les réseaux enterrés du chantier via un seul et même outil numérique.

« Il n’est pas toujours facile de travailler en multipliant les logiciels, en fonction des tâches à réaliser. En permettant les transferts de données entre différents programmes, avant et après modélisation, Catia regroupe une grande diversité de domaines d’application : conceptions de structures mécaniques et de systèmes électriques et hydrauliques, design, fabrication assistée par ordinateur, etc. , explique Fabien Lafond, directeur de travaux adjoint pour Valérian, terrassier du groupe Spie Batignolles. Son utilisation généralisée à l’ensemble du projet Iter facilite, par exemple, les opérations de récolement. »

Risque limité d’erreurs. Autre avantage de Catia ? « Il facilite la collaboration entre les différents intervenants en centralisant toutes les informations du projet dans une base de données commune, répond le responsable. Nous pouvons gérer toutes les interfaces avec nos réseaux et limiter ainsi les risques d’erreur. » Sur le lot dévolu à Spie Batignolles TPCI, deux projeteurs sont mobilisés à plein temps. « Il s’agit de nouveaux métiers au sein des entreprises de terrassement et de VRD, ce qui induit des changements organisationnels non négligeables en interne, avec des besoins en formation importants », témoigne Fabien Lafond. Si l’utilisation d’un logiciel dédié pour modéliser les réseaux enterrés en trois dimensions reste, pour l’heure, embryonnaire dans la profession, il n’en représente pas moins un pas de plus vers la digitalisation des chantiers.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X