Régions Bretagne / Pays de la Loire

SPÉCIAL NUMÉRIQUE – Le BIM fait sa conquête de l’Ouest

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Bois - Logiciels - Outils d'aide - Maison individuelle

3,7 % Taux des résidences principales du parc privé potentiellement insalubres en Loire-Atlantique (19 127 logements).

6,5 % Part de marché des maisons individuelles en bois dans la région Centre-Val de Loire en 2016 (5,4 % en 2014).

+ 16 % Hausse des mises en chantier de logements en Bretagne sur un an à la fin avril 2017.

La première édition de BtoBIM, qui s’était tenue en juillet 2016 à Clisson (Loire-Atlantique), avait réuni plus de 300 professionnels. Baptisée « Forum d’échange », cette journée dédiée au numérique dans le BTP était co-organisée par Novabuild, le cluster ligérien de la construction, et la Meito, l’association des acteurs de l’électronique et du numérique en Bretagne. Et elle avait tenu ses promesses avec un contenu riche. Depuis, la Meito a été dissoute. Une partie de ses activités et de ses effectifs a été transférée vers Bretagne Développement Innovation (BDI), l’association de développement économique du conseil régional de Bretagne. Cette dernière accompagne Novabuild pour diffuser la culture BIM dans l’Ouest.

Palette d’acteurs. Pour la seconde édition de BtoBIM, qui se tiendra le 5 juillet à l’institut catholique d’arts et métiers (Icam) de Nantes, les organisateurs semblent plus ambitieux. Ce « Forum d’échange » devient ainsi le « Salon dédié au numérique et au BTP de l’Ouest ». Hédy Zouaoui, dirigeant d’entreprise et président de BtoBIM, qualifie cet événement de « salon de proximité, très concret et dédié aux entreprises ». Toute la palette des acteurs du numérique sera représentée avec, bien sûr, des éditeurs ou intégrateurs de solutions logicielles, des plates-formes de bibliothèques d’objets, des spécialistes de la numérisation de l’existant (scanner 3D, drones), de l’impression 3D, des développeurs de solutions métiers, des entreprises de réalité virtuelle ou augmentée, mais aussi des assureurs ou des acteurs de la recherche et de la formation. « Au-delà du BIM, c’est tout un secteur qui entre de plain-pied dans le digital », commente Hédy Zouaoui. Et le dirigeant de citer le développement des plates-formes d’échanges, les objets connectés, le suivi dématérialisé des chantiers…

De fait, la transition numérique commence à gagner le BTP, même si elle reste timide. « On constate des niveaux de maturité assez hétérogènes et on peut estimer que les plus en retard sont les maîtres d’ouvrage », expliquait Alain Bretagnolle, architecte associé de l’agence Architecture Studio, devant les architectes experts réunis en congrès le 16 juin dernier à Rennes. Comme souvent en matière d’innovation, certains bailleurs sociaux font exception. Ainsi, Nantes Métropole Habitat affiche sa ferme volonté de prendre le train en marche et compte déjà plus d’une dizaine d’opérations conduites sous environnement BIM.

Barre haute pour les PME. Stimulés par certains chantiers, comme le métro de Rennes imposant une maquette numérique, les majors régionales ont elles aussi déjà une longueur d’avance. C’est le cas du groupe Legendre qui a intégré le BIM dans son projet d’entreprise en mettant notamment en place une équipe dédiée d’une dizaine de salariés sous la responsabilité de Julien Benoît, un ancien de Vinci et Bouygues. Si, pour les plus petites entreprises ou les artisans, la barre à franchir est encore haute, ces derniers devraient toutefois pouvoir compter sur une démocratisation des solutions techniques. Ainsi, la start-up nantaise Bloc in Bloc a développé une application de réalité augmentée permettant, avec une simple tablette, de superposer une maquette BIM directement sur l’environnement du chantier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X