Régions Corrèze

SPÉCIAL NUMÉRIQUE – Egletons modernisé forme ses jeunes au numérique

Mots clés : Education - ERP sans hébergement - Transport ferroviaire

70 000 t Masse de ballast renouvelé sur la ligne ferroviaire Niort-La Rochelle.

Source : SNCF Réseau.

65 M€ Investissement de la région Occitanie dans le lycée Germaine-Tillion de Castelnaudary.

Source : Région Occitanie.

– 9 % Baisse des investissements de Bordeaux Métropole sur l’année 2016 par rapport à 2015.

La commune corrézienne d’Egletons abrite trois établissements phares en matière de formation en travaux publics. Ils se modernisent actuellement, à la fois en équipements et en contenus pédagogiques. Le plus ancien, l’Ecole d’application aux métiers des travaux publics (EATP), forme depuis soixante-dix ans des jeunes en CAP, bac pro et BTS Travaux publics. Chaque semaine, 600 élèves alternent cours théoriques et pratiques sur les plates-formes d’exercice et ateliers de l’école.

Construction d’un hangar. Depuis 2012, l’EATP fait l’objet d’une modernisation totale, livrée en septembre. Un investissement global de 36 millions d’euros, inscrit notamment dans le programme d’investissements d’avenir. Les travaux portent sur l’ensemble du campus, aussi bien les lieux de vie, l’internat et les salles de cours que les 80 ha de plates-formes d’exercice pour le maniement des engins de travaux publics.

Côté bâtiments, le lifting est finalisé. « La rénovation thermique, acoustique et la remise à niveau complète du bâtiment principal d’enseignement sont achevées, ainsi que celles des cinq bâtiments d’internat, du gymnase, du self, du foyer et de l’amphithéâtre », détaille Magali Criner-Serache, responsable communication des établissements d’Egletons et directrice de l’Ecole de formation initiale par alternance aux métiers des travaux publics (EFIATP). Et d’ajouter : « Une infirmerie a été créée. Et nous avons aussi construit un hangar de 5 000 m2 sur l’une de nos plates-formes, afin que les élèves puissent s’entraîner par tous les temps. Le tout s’achèvera par un réaménagement des VRD et des paysages du campus. » Cet établissement accueille chaque année depuis 2003 quelque 400 jeunes venus de toute la France, qui suivent leur cursus à la fois à l’école et en entreprise.

Plate-forme de cours. Second type de chantier, cette fois-ci virtuel mais tout aussi important : l’introduction progressive des outils numériques dans la pédagogie et le quotidien des élèves et stagiaires. « Après la mise en place de nos simulateurs de conduite d’engins, nous allons passer aux outils numériques en salle de cours. Pour le CAP conducteur d’engins, par exemple, nous avons développé un cartable numérique et retravaillé tous les cours d’enseignement professionnel, avec un cahier des charges spécifique aux ressources numériques, utilisant des vidéos, des schémas interactifs », précise Magali Criner-Serache. Les formateurs peuvent désormais créer leurs parcours de formation directement sur la plate-forme dédiée, sur laquelle les jeunes retrouvent leurs cours et peuvent réviser ou travailler en autonomie. « Nous allons progressivement déployer ce projet sur les autres filières. Dès la rentrée, tous les CAP conducteur d’engins de l’EFIATP et de l’EATP utiliseront ce modèle », ajoute la directrice.

En complément des deux autres établissements, le Centre de formation continue des travaux publics (CFCTP) s’adresse aux salariés de la profession, sur le site d’Egletons et sur son pôle bordelais de Saint-Jean-d’Illac.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X