Régions Drôme

SPÉCIAL NUMÉRIQUE – Ecartip passe au scanner un segment de l’A7

Spécialiste de la géotechnique, Fondasol étend désormais son activité à d’autres métiers, notamment la modélisation de l’environnement du chantier. Une diversification illustrée par l’acquisition, en 2016, de la société Ecartip qui intervient dans les domaines de la topographie, de la cartographie et de la lasergrammétrie. L’entreprise s’est aussi dotée d’un nouveau système d’acquisition dynamique de données, développé par la société 3D Laser Mapping.

Embarqué sur tout type de véhicule (voiture, train, bateau, etc. ), le dispositif est composé de deux scanners laser, d’une centrale inertielle, d’une caméra 360°, d’une antenne GNSS (système de positionnement par satellites), d’un odomètre (compteur kilométrique) optique et d’une unité de contrôle et de stockage des données. D’une portée de 420 mètres, d’une vitesse d’acquisition de 2 millions de points à la seconde et d’une précision de mesure de +/- 2 cm, cette solution permet la cartographie de très haute précision sur plusieurs kilomètres en un temps de roulage compris entre 50 à 100 km par jour.

Référencement du réseau d’Enedis à Grenoble. Ces données 3D sont ensuite utilisées pour enrichir et alimenter les bases SIG, la simulation de projets urbains, etc. « Le relevé topographique par scanner laser permet, par exemple, de réaliser des diagnostics d’ouvrages ou de voiries, de faire des plans topographiques en 2D ou 3D, d’effectuer des relevés de carrière, d’ausculter des ouvrages portuaires ou d’inventorier du mobilier urbain ou de la signalisation », indique Bastien Champier, responsable grands travaux et mass data. A Grenoble, Enedis (filiale d’EDF) a fait appel à Fondasol Ecartip pour géoréférencer son réseau. « Notre intervention a permis de traiter 350 plans en un seul roulage », souligne Bastien Champier.

Autre référence pour l’entreprise basée à Décines-Charpieu, près de Lyon, sa récente intervention sur une portion de 23 km de l’autoroute A7, entre Montélimar Sud et Montélimar Nord dans la Drôme. « Avant de refaire les enrobés de l’autoroute, Eiffage Travaux publics souhaitait effectuer un relevé de la fibre optique qui passe sous la bande d’arrêt d’urgence, ainsi que des gabarits des 11 ouvrages d’art présents sur cette portion de l’A7 », explique le responsable.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X