Enjeux Transition numérique

SPÉCIAL NUMÉRIQUE – De belles réalisations et quelques réserves

Le Plan de transition numérique dans le bâtiment devait donner l’impulsion.

Si plusieurs actions ont été lancées avec succès, d’autres dérapent. Tour d’horizon.

Accélérer l’appropriation du numérique par l’ensemble des acteurs de la construction. Voilà l’objectif du Plan de transition numérique dans le bâtiment (PTNB), créé en janvier 2015 par le ministère du Logement, et dont la mission arrive à son terme en décembre. Pour la mener à bien, le Plan est nanti d’une enveloppe de 20 millions d’euros sur trois ans, afin de travailler sur trois thèmes : convaincre et donner envie, accompagner la montée en compétences des professionnels et leur apporter de la confiance. Ces axes se déclinent à travers 25 projets, dont une majorité a été lancée. Six mois avant l’échéance et alors que 93 % des montants alloués ont été engagés, le bilan est positif dans son ensemble. Mais certaines actions restent inachevées.

Ça fonctionne

Convaincre et donner envie. Premier objectif : donner envie aux acteurs de se lancer dans le numérique. « Sur ce point, la mission est un succès, en particulier en matière de BIM », estime Rémi Visière, directeur R & D et innovation du groupe GA. « Nous avons constaté les effets auprès des TPE-PME puisque nombre de nos sous-traitants connaissent le BIM et ses processus collaboratifs », poursuit-il. Un témoignage corroboré par plusieurs enquêtes statistiques. Les baromètres du PTNB montrent ainsi une progression de la connaissance entre mars et décembre 2016 de 27 à 35 %, toutes catégories confondues (maîtres d’ouvrage, entreprises de BTP, maîtres d’œuvre, industriels et gestionnaires de patrimoine). Une tendance confirmée par l’enquête réalisée par « Le Moniteur » et KPMG en décembre dernier, dans laquelle 75 % des bureaux d’études s’estiment « matures en termes de transition numérique », tout comme 53 % des entreprises de travaux (lire « Le Moniteur », n° 5911, p. 22). Des chiffres qui esquissent déjà une autre réalité : l’appropriation est plus forte côté maîtrise d’œuvre que sur les chantiers.

L’atelier BIM virtuel. L’autre réussite du PTNB concerne les travaux de l’atelier BIM virtuel. Son objectif était de mesurer la faculté des TPE-PME à travailler en BIM niveau 2, c’est-à-dire avec échange de maquettes numériques entre différents métiers. L’expérimentation, dotée de 830 000 euros, s’est achevée en avril (lire page 69) et a fédéré 130 professionnels qui ont progressé dans la prise en main des logiciels. Pour que le succès soit complet, il reste encore à mettre en ligne les restitutions des travaux. De nombreux documents ont été rédigés dans le but d’encadrer le travail collaboratif. Ainsi, la maîtrise d’ouvrage a précisé le niveau de développement des objets (propriétés, niveau de détails… ) et la documentation qu’elle attendait. Ces documents pourraient constituer des modèles et faire gagner du temps sur d’autres projets. « Il est donc important qu’ils soient accessibles et...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5928 du 30/06/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X