Autres

Sorti du groupe Wolseley, ISB fait flèche de tout bois

Mots clés : Bois

Le spécialiste de l’importation et de la transformation du bois veut faire de son autonomie un nouvel atout de sa stratégie.

Le groupe breton ISB, spécialiste de l’importation et de la transformation du bois pour la construction, continue son chemin en solo. En avril, son président Pierre Gautron et plusieurs cadres dirigeants ont mis la main à la poche pour reprendre l’entreprise à son propriétaire, le groupe britannique Wolseley. Trois mois après la finalisation du rachat des deux sociétés constituant le groupe, PBM Import (marques Silverwood, Sinbpla, Carib) et James, Pierre Gautron est sûr de son choix. « Cela faisait plusieurs années que Wolseley avait annoncé son désengagement du marché français : il y avait eu la vente de Brossette, celle des magasins Bois & Matériaux dans le sud de la France… Nous nous étions longtemps préparés à une sortie du groupe », relativise-t-il.

Avec 222 millions d’euros de chiffre d’affaires, plus de 2 000 clients, une part de marché de 25 % et une position de leader en France, le groupe ISB a de quoi rassurer ses nouveaux propriétaires… et ses clients. « L’adhésion du management et des salariés au projet de reprise a été très rapide. J’ai également passé beaucoup de temps à expliquer notre démarche à nos clients et l’accueil a été meilleur que ce que j’imaginais, assure Pierre Gautron. Les doutes qui pouvaient exister par rapport à la sortie de Wolseley sont aujourd’hui balayés par une situation financière saine, qui correspond à nos objectifs. »
Pour le groupe, la priorité à court terme se situe dans le développement géographique de ses marques professionnelles (Silverwood dans le Grand Est, Sinbpla dans l’Ouest) et l’augmentation de son portefeuille clients. « La sortie de Wolseley nous offre clairement des opportunités avec des clients qui ne souhaitaient pas travailler avec nous avant, du fait du lien qui nous unissait à notre actionnaire, constate le dirigeant. Nous avons réduit le poids historique de notre activité avec Bois & Matériaux [la filiale distribution de Wolseley en France, NDLR] depuis plusieurs années, mais notre autonomie clarifie aujourd’hui la situation commerciale. » Ce négociant reste néanmoins un client majeur, pesant pour 12 % du chiffre d’affaires.

Doubler le chiffre d’affaires à l’export.

En parallèle, le groupe continue d’investir, notamment dans une nouvelle ligne de rabotage, une plate-forme portuaire à Honfleur (Calvados) et dans l’agrandissement de sa plate-forme logistique de Bruz (Ille-et-Vilaine). Côté export, ISB compte bien profiter de son leadership pour déployer ses positions. « Nous faisons 12 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’export aujourd’hui et nous avons des velléités de doubler cette part dans les trois à cinq ans », planifie Pierre Gautron, qui cible des pays proches de la France (Espagne, Portugal, Royaume-Uni) et les DOM-TOM. « La construction bois a plus que doublé sa part de marché dans la construction depuis le début des années 2000. Je crois fondamentalement à l’avenir du bois, qui continuera de prendre des parts de marché aux autres matériaux dans les prochaines années. Et, en tant que leader, on se doit de porter le matériau », conclut le président.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X