Autres Ferroviaire

SNCF Réseau, les travaux c’est maintenance !

Mots clés : PME - Transport ferroviaire

4,9 milliards, 1 500 chantiers… la modernisation du réseau ferré profite aux entreprises, PME comprises.

En 2016, SNCF Réseau n’infléchira pas sa stratégie. Et c’est tant mieux ! Il y a deux ans, l’opérateur lançait un colossal programme de modernisation à horizon 2020 du très vieillissant réseau ferré français. Après s’être traduite en 2015 par un investissement de 4,7 milliards d’euros dans la maintenance et le renouvellement du réseau, l’enveloppe est portée à 4,9 milliards cette année (+ 5 %, dont 1,3 milliard pour la seule région Ile-de-France), soit un effort sans précédent représentant 1 500 chantiers de plus de 150 000 euros.

Dans le détail, « 3,2 milliards, soit les deux tiers du budget, sont répartis entre les chantiers réalisés par des équipes de travaux internes, l’encadrement des chantiers externalisés, et les prestations intellectuelles confiées à l’ingénierie privée », précise Marc Vidcoq, directeur des achats « Ile-de-France et marchés nationaux » de SNCF Réseau. Reste une manne de 1,7 milliard d’euros qui profitera aux entreprises de construction. « 26 % de nos marchés sont attribués à des PME, souligne Marc Vidcoq, et celles-ci ne restent pas cantonnées aux plus petites opérations. » Bien au contraire. Deux des trois marchés de suites rapides, ces trains-usines sillonnant les voies de France pour les renouveler à cadence élevée, ont ainsi été attribués à des groupements de PME.
Les 1 500 chantiers de modernisation touchent en majorité les entreprises de travaux ferroviaires (voies, signalisation, caténaires) mais les génie-civilistes ont leur lot d’ouvrages d’art, et les entreprises de bâtiment sont mandatées pour moderniser les nombreux locaux de services (postes de commandes, etc.). Si ce dernier marché est le plus restreint, il est le plus accessible. « Pour les chantiers de bâtiment, nous ne demandons que des qualifications de type Qualibat », explique Marc Vidcoq. Ce qui n’est pas le cas des opérations sur les voies, qui exigent des qualifications propres au référentiel de la SNCF, si bien que seule une soixantaine d’entreprises se partagent les marchés de travaux ferroviaires. Pour les opérations régulières de renouvellement, SNCF Réseau crée des partenariats avec les entreprises « qui leur permet d’avoir une visibilité sur 5 à 7 ans », précise Marc Vidcoq. Pour les chantiers plus légers, l’opérateur procède par appels d’offres classiques. Là aussi, il donne une visibilité maximale aux candidats en publiant sur un site dédié (1) les dates de lancement des appels d’offres à venir jusqu’en… 2022 !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Zoom sur l’Ile-de-France

ENCADRE

Principaux chantiers 2016 parmi les 1 500 programmés

ENCADRE

1,7 milliard d’euros. C’est le montant des travaux de renouvellement et maintenance (sur 4,9 milliards) qui sera externalisé.
26 %. C’est la proportion moyenne de marchés de travaux attribués par SNCF Réseau à des petites et moyennes entreprises.

ENCADRE

Contact : Marc Vidcoq, directeur des achats « Ile-de-France et marchés nationaux » de SNCF Réseau, marc.vidcoq@reseau.sncf.fr ou tél. : 01.71.32.30.01. (standard direction des achats).

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X