Régions Paris

SNCF Immobilier, locomotive de l’aménagement urbain

Mots clés : Gestion et opérations immobilières - Transport ferroviaire - Urbanisme - aménagement urbain

Au cours des dix prochaines années, SNCF Immobilier envisage de lancer, réaliser ou programmer 12 projets urbains en Ile-de-France qui mobiliseront près de 70 ha d’emprises ferroviaires (voir la carte ci-dessous). Ils représentent un potentiel de construction de 11 800 logements et de 1,4 million de m constructibles. « Derrière les chiffres, il y a des quartiers qui se transforment. SNCF Immobilier est engagé dans une mutation de la ville, dans le cadre de partenariats avec les collectivités locales », déclare Benoît Quignon, directeur général de cette nouvelle branche du groupe SNCF, créée en janvier 2015. Huit projets sont localisés dans la capitale (1).

Sept emprises à reconvertir dans la capitale. A l’exception de Bertrand Villette dont l’aménagement s’inscrit dans le plus long terme, ils feront l’objet d’un protocole entre la mairie de Paris et SNCF Immobilier. En cours de finalisation – il devrait être signé début novembre -, il prévoit la réalisation, sur les sept emprises concernées, de 8 000 logements dont 50 % sociaux. Ces derniers seront notamment construits par ICF Habitat et Novedis, filiales HLM de SNCF Immobilier, à hauteur de 400 à 500 par an. Aux termes de cet accord, trois emprises seront cédées par la SNCF à la Ville de Paris qui en confiera l’aménagement à l’un de ses opérateurs : Chapelle Charbon (XVIII arrondissement), Gare des Mines (XVIIIe ), Bercy (XIIe ). Trois terrains resteront dans le giron de la SNCF : Gare de Lyon Daumesnil (XIIe ), Hébert (XVIIIe ) et Ordener (XVIIIe ), aménagés par Espaces Ferroviaires, autre filiale de SNCF Immobilier. Pour ces trois friches ferroviaires, dont l’urbanisation a été enclenchée en juillet dernier avec la modification du plan local d’urbanisme, le protocole définit les programmes prévisionnels en termes de logements, de bureaux/locaux d’activités et d’équipements publics. Au total, 260 000 m y seront réalisés.

Ancien atelier de maintenance à la Chapelle. Le projet Ordener, sur le site de l’ancien atelier de maintenance la Chapelle, est le plus avancé. Quelque 500 logements, entre 15 000 et 30 000 m de bureaux et d’hôtels, des commerces, une école, une crèche… s’élèveront sur 3,1 ha. SNCF Immobilier a déjà désigné une équipe de maîtrise d’œuvre (Saison-Menu, mandataire) et choisira en mai 2017 un groupement d’opérateurs chargé de développer ce projet parmi quatre équipes en lice : BNP Pari-bas Real Estate, Compagnie de Phalsbourg, Emerige et Icade.

Environ 500 logements devraient également voir le jour à Gare de Lyon-Daumesnil. Le futur quartier (maîtrise d’œuvre urbaine : Rogers Stirk Harbour + Partners, mandataire) qui s’étirera sur 700 m de longueur, s’inscrira dans le prolongement de Rotonde- Charolais. Quant au terrain Hébert, situé en bordure du faisceau ferré Paris-Est, entre la gare du Nord et le pôle multi modal Rosa-Parks, il pourrait accueillir entre 700 et 800 logements.

Enfin, septième et dernier site : Paris-Dubois. Pour l’instant, les signataires du protocole ne font qu’exprimer leur volonté commune d’y développer un projet urbain ambitieux.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Ce chiffre ne prend pas en compte Roton de Charolais ( XIIe ) et Saussure ( XVIIe ), en cours d’achèvement, ni le futur quartier Chapelle International (XVIIIe ) où les travaux d’aménagement ont débuté , ni enfin Paris Rive Gauche et Clichy-Batignolles .
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X