Autres

Six rigides pour un nouveau barreau routier près de Rennes

Mots clés : Terrassement

Terrassement. Un seul échelon de production est mobilisé pour le terrassement de cette section de 6 km qui représente un volume de quelque 600 000 m3 de déblais.

La modernisation de la RN 164, qui traverse la Bretagne d’est en ouest, se poursuit avec une section de 6 km qui assure sa jonction avec la RN 12 (Brest-Rennes). Sous maîtrise d’ouvrage de la Diro (Direction interdépartementale des routes de l’Ouest), la réalisation de ce barreau routier, long de 6 km et comprenant neuf ouvrages d’art a été attribuée au groupe NGE. Contrairement à la phase 1 déjà achevée, cette nouvelle section suivra un tracé différent de l’existant. Il ne s’agit donc pas d’un élargissement. Les opérations de terrassement ont débuté fin mai, avec un objectif de livraison en fin d’été 2016. « Les délais courts sont notamment imposés par le raccordement à la RN 12. L’un des points délicats du chantier en raison de la forte densité du trafic sur cet axe », note Frédéric Signoret, directeur de l’agence Guintoli, mandataire du lot terrassement. La filiale de NGE a déployé un échelon de production comprenant une pelle de production 385C Caterpillar de 88 t pour un volume à terrasser de 600 000 m3. « Sur ce terrain, nous avons un matériau hétérogène, humide voire très humide, poursuit Frédéric Signoret. La portance n’est pas suffisante pour le passage de scrapers. » Ce sera donc un terrassement avec une pelle équipée d’un godet de 3,8 m3 pour charger des tombereaux rigides Caterpillar 773E. « Nous commençons avec trois 773 parce que la distance déblai-remblai actuelle reste courte (700 à 800 m). Nous ajouterons des engins, jusqu’à six, au fur et à mesure de l’éloignement de la zone (maximum 4 km) pour maintenir la cadence. » Au point de déballe, ces tombereaux trouveront un bouteur D7 Caterpillar et deux compacteurs monobilles Bomag V5 pour la mise en œuvre et le nivellement des remblais. Le chantier comprenant un seul atelier de production s’organise en postes, avec une équipe qui travaille de 6 à 14 heures, et une autre de 14 à 22 heures. « L’été est propice aux amplitudes de travail plus importantes, la météo étant plus favorable et les journées longues », note Frédéric Signoret. à cet échelon de production vient s’ajouter une pelle de 25 t  la 325 Caterpillar , couplée à cinq tombereaux articulés de 25 t pour les finitions, achevées par le passage de deux bouteurs D6 Caterpillar.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X