Autres Les dossiers de la rentrée

Six mois qui peuvent changer le BTP

Mots clés : Entreprise du BTP

La mise en œuvre de plusieurs lois va avoir un impact direct sur la filière de la construction. Suffisamment pour lui redonner confiance ?

Finie la crise ? Quel professionnel de l’acte de bâtir se risquerait à l’affirmer tant les carnets de commandes restent fragiles, les prix toujours tendus vers le bas, la concurrence – pas forcément loyale – chaque jour plus féroce ? A fortiori si cet acteur œuvre dans les travaux publics. Car dans ce secteur, mis au supplice par l’asphyxie budgétaire des collectivités territoriales, la promesse de jours meilleurs paraît encore plus floue et plus lointaine. Pourtant, si sur le terrain les acteurs du BTP n’osent évoquer un début de reprise, de nombreux économistes, conjoncturistes et experts s’accordent à voir, dans l’année qui s’achève, les prémices d’un nouveau cycle, l’amorce d’un rebond qui devrait se confirmer et s’amplifier l’an prochain. Même le président de la FFB Jacques Chanut n’hésitait pas à affirmer le 25 mars, lors d’une conférence de presse, que « sous les effets conjugués des mesures de relance du gouvernement et d’un retour, certes trop faible mais réel, de la croissance, le bâtiment commence à entrevoir le bout du tunnel ».

Nouveau cycle ?

D’autres organisations professionnelles, à l’instar de la Fédération des promoteurs immobiliers, tablent également sur un prochain retournement de tendance. L’avenir leur donnera-t-il raison ? En tout cas, le semestre qui s’ouvre s’annonce décisif. Entrepreneurs, architectes, ingénieurs et maîtres d’ouvrage doivent se préparer à traverser une période particulièrement fertile en événements, décisions gouvernementales et manifestations professionnelles qui pourraient insuffler une nouvelle dynamique au BTP hexagonal.

C’est sans doute l’impressionnant arsenal de textes législatifs et réglementaires publiés au cours de l’été qui va transformer le plus rapidement le quotidien des constructeurs. A commencer par la nouvelle organisation territoriale qui se profile et par l’ordonnance du 23 juillet 2015 reformatant les marchés publics, dont le décret d’application va, à coup sûr, révolutionner les habitudes de toute la chaîne de l’achat public. Les pratiques des patrons (et des salariés) du BTP vont également se trouver bouleversées par la mise en œuvre des récentes lois Macron, sur la croissance et l’activité, et Rebsamen, sur le dialogue social. Sans parler de la loi sur la transition énergétique, qui promet de générer très rapidement d’immenses marchés pour la construction. Cheville ouvrière de ce texte essentiel, Ségolène Royal sera également en première ligne lors de la Conférence mondiale sur le climat (COP 21) qui s’ouvrira le 30 novembre à Paris et dont les conclusions auront aussi un impact sur la filière du BTP. La crise sur le point de s’achever ? Les grands rendez-vous professionnels du semestre (Mondial du bâtiment, Salon des maires, Simi, Trophées des TP, Equerre d’argent…) seront l’occasion de vérifier si le moral des bâtisseurs se met au diapason des prévisionnistes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X