[TO] Urbanisme et aménagement

Sites touristiques La délicate reconversion des carrières

Mots clés : Aménagement du littoral - Manifestations culturelles - Tourisme

En milieu rural, les paysages laissés par les exploitations du sol et du sous-sol – mines ou carrières – sont souvent spectaculaires. Ils peuvent, à certaines conditions, recevoir des aménagements touristiques qui associent parcours de découverte et équipements culturels.

Comme d’autres commu-nes rurales, Gargas (Vaucluse), Saillant (Puy-de-Dôme) et Grâne (Drôme) ont hérité d’anciennes mines ou de carrières aujourd’hui abandonnées. Ces paysages artificiels, qui se sont peu à peu enfrichés, sont néanmoins devenus au fil du temps des sites étonnants, au point de devenir un but de promenade, malgré leur dangerosité.

Pour les communes, la valorisation de ces espaces délaissés en sites touristiques est d’abord un moyen de les sécuriser. Diverses actions sont entreprises : purge des fronts de taille, pose de grillages, plantations sur les cimes pour consolider la roche… Mais au-delà, ces aménagements participent activement à la revitalisation de ces territoires ruraux qui ont été, pendant des décennies, en perte de vitesse. « L’engouement récent pour le tourisme vert a permis à ces petites communes rurales de sortir de leur isolement et de se développer », résume Marcel Canestrari, maire de Grâne.

Cette valorisation n’a cependantrien à voir avec les marinas, centres de loisirs, parcs à thème et autres complexes industriels conçus pour le tourisme de masse. Ce sont des actions modestes, souvent mises en œuvre avec peu de moyens. A Saillant, il s’agissait d’installer sur le volcan de Montpeloux un équipement scénique et un espace muséographique donnant à comprendre les phénomènes volcaniques et l’histoire du site, en complément d’un parcours de découverte. A Gargas, les minesd’ocre de Bruoux – taillées dans les falaises – pourront être visitées dès le printemps 2009, et à Grâne, l’ancienne carrière qui a servi à la construction du village a été reconvertie en théâtre de verdure.

Porteurs d’une vraie ambition

L’évolution de ces sites nécessite de bien réfléchir à la nature des programmes. « Ces aménagements touristiques agissent sur l’identité des communes. Ils doivent donc être porteurs d’une vraie ambition », explique Nicolas Taillandier, à la communauté de communes de la Vallée de l’Ance. « Trop souvent, les communes se contentent de reproduire ce qu’elles ont vu ailleurs, de simples parcours de découverte qui ne donnent aucun relief à ces territoires et finissent par banaliser les paysages. »

Les nouveaux programmes doivent composer aussi avec le passé industriel de ces paysages. « Pour l’aménagement des mines de Bruoux, l’enjeu, selon nous, était de conforter l’histoire ouvrière du site. Une approche par le végétal n’aurait pas été juste, et ce projet est surtout un travail de découpes dans le sol qui met en valeur l’échelle des falaises », explique la paysagiste Christine Dalnoky.

La viabilité de ces projets doit cependant être bien estimée. « N’y a-t-il pas, sur ces communes, un autre site qui offre un potentiel de développement touristique plus important ? Le format choisi pour l’aménagement sera-t-il juste au regard de sa fréquentation ? Quel genre de public peut être intéressé ? Les études de faisabilité nous aident à y voir clair », ajoute Philippe Chiffoleau, chargé de mission au parc régional du Luberon.

Concrétisation difficile

Ces opérations modestes s’inscrivent aussi dans des stratégies territoriales à plus grande échelle. A Gargas, la reconversion des mines de Bruoux permettra de déconcentrer les sites phares du Luberon – Rustrel, Roussillon, Gordes –, aujourd’hui fragilisés par une fréquentation massive. L’équipement scénique de Montpeloux a, de son côté, permis d’initier une vraie politique culturelle sur le territoire qui ne concerne pas que les touristes, mais aussi les habitants.

Mais ces aménagements prennent souvent l’allure d’épopées, tant leur concrétisation est difficile. Pour ces communes, il faut d’abord acquérir le foncier, au terme de longues négociations. Ces opérations dépendent aussi des subventions des collectivitésterritoriales (conseil général, région…) et de l’Union européenne. « Pour l’aménagement des mines de Bruoux, celles-ci ont représenté 70 % du financement », précise Maxime Bey, maire de Gargas.

De fait, ces projets de valorisation en milieu rural sont longs à aboutir (deux mandats à Gargas dont un pour acquérir le foncier). Et malgré l’importance qu’ils représentent pour le développement des communes rurales, certains pourraient même être compromis, dans un contexte où ces aides financières sont revues à la baisse.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Gargas (Vaucluse)Des mines d’ocre mises en scène

Fermées, utilisées comme champignonnières, puis finalement abandonnées, les mines d’ocre de Bruoux renaîtront au printemps prochain en site touristique, au terme d’un aménagement qui rend désormais possible – pour la première fois dans le massif ocrier – la visite des galeries souterraines sur plusieurs centaines de mètres. Les qualités spatiales de ces étonnantes « cathédrales », taillées dans l’ocre, ont été mises en scène sans technologie sophistiquée, et les abords réaménagés pour accueillir le public.

Le projet des concepteurs Christine Dalnoky et l’agence DeSO vise à révéler la force et la monumentalité du site industriel. Pour ne pas entrer en concurrence avec les fronts de taille, le modeste bâtiment d’accueil a donc été déporté contre un talus de terre et ses façades traitées de manière abstraite, en ombrières de bois. La falaise a été dégagée à son pied pour être appréhendée dans sa totalité. Une esplanade, incisée dans le sol comme une sculpture, la met en scène de manière simple et discrète. Sa géométrie tendue se décompose en une série de plates-formes incrustées qui descendent régulièrement jusqu’à la falaise et intègrent des gradins pour les spectacles occasionnels. Les sols ont été remaniés en veillant à l’équilibre des mouvements de terre (déblai/remblai). Ils sont stabilisés à la chaux dissimulée sous une poussière d’ocre.

Quant au traitement végétal, il a été dosé pour ne pas éclipser l’histoire ouvrière de ce paysage. La pinède a été éclaircie et complétée par des plantations de chênes lièges, là où la cicatrisation était nécessaire : à l’entrée du site et à la cime des falaises pour les sécuriser. Des chênes verts ont été plantés en amont de l’esplanade pour former une zone d’attente à l’ombre.

Maître d’ouvrage : Ville de Gargas ; parc du Luberon, maîtrise d’ouvrage déléguée.

Maîtrise d’œuvre : DeSo architectes ; Christine Dalnoky, paysagiste ; Gaujard, Ingeflux, BET ; Changement à vue, scénographes.

Coût travaux : 1,2 million d’euros HT (scénographie, paysage, bâtiment d’accueil).

ENCADRE

Grâne (Drôme) Un théâtre de verdure sur la vallée

La réalisation du théâtre de verdure est l’une des actions entreprises par la commune pour redynamiser son centre-bourg, implanté sur le flanc sud de la vallée de la Drôme. Cet équipement (500 à 600 places), dédié au spectacle vivant, a aussi, en dehors des représentations, une vocation d’espace public. Il prend place dans une ancienne carrière de pierre qui a servi à construire le village. Ce théâtre de verdure est le premier jalon d’un projet plus global, confié aux paysagistes de l’agence APS, portant sur les abords du château. A partir d’un vocabulaire simple, les paysagistes ont mis en valeur la morphologie particulière de cette ancienne carrière. L’ancien front de taille est devenu le mur de fond de scène. Les pentes ont été engazonnées et parsemées d’assises de bois. L’accès principal au théâtre, par le haut, accentue la mise en scène du lieu et la présence de la vallée en toile de fond, comme la rampe d’accès aux gradins qui épouse les contours rocheux du site.

Maîtrise d’ouvrage : commune de Grâne.

Maîtrise d’œuvre : Agence APS, paysagistes.

Montant des travaux : 200 000 euros TTC.

Surface : 1 100 m2.

Maîtrise d’ouvrage : communauté de communes de la Vallée de l’Ance

Maîtrise d’œuvre : Itinéraire Bis (David Robin, architecte mandataire, Frédéric Reynaud, paysagiste) ; Odile Bacconnier, scénographe ; Penta Ingénierie et Bost Ingénierie, BET.

Coût total de l’opération : 700 000 euros HT.

ENCADRE

Saillant (Puy-de-Dôme) Une scène logée au creux d’un volcan

Le cratère du volcan du Montpeloux, aux portes des Monts du Forez, n’a pas été formé par l’activité du volcan lui-même – endormi depuis des siècles – mais par l’exploitation de la roche basaltique qui s’est prolongée jusqu’au début des années 90. L’excavation est désormais occupée par un plan d’eau cerné par des fronts de taille en orgue de basalte de plus de 35 m de hauteur. Ce site artificiel remarquable était devenu un but de promenade. Le rachat du foncier par la commune a permis de procéder à sa sécurisation et à son aménagement, en partant d’une programmation originale qui associe un itinéraire de découverte, un équipement scénique et un espace muséographique.

L’agence lyonnaise Itinéraire Bis a réalisé la maîtrise d’œuvre en s’appuyant sur le passé industriel du site : les grandes plates-formes artificielles en concassé de basalte (les poussiers) ont été réutilisées. La première a été nivelée et engazonnée pour servir de stationnement d’appoint. La seconde, plus haute, a été replantée de saules et autres essences indigènes, qui forment des alcôves végétales pour les aires de repos et de pique-nique. C’est l’une des étapes du parcours de découverte, dont le théâtre marque l’aboutissement.

Comme les plates-formes, la tranchée qui rejoint le cratère est une trace de l’ancienne exploitation. Elle devient le foyer du théâtre, longue rampe à ciel ouvert le long de laquelle sont disposés les modules d’exposition, en acier Cor-Ten. En légère pente ascendante, la rampe s’achève en balcon sur le cratère, d’où l’on découvre la scène qui flotte sur l’eau.

Les gradins sont installés dans le talus et deviennent l’un des beaux points de vue du site, comme le belvédère au sommet.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X