Autres

Siplast veut s’emparer de la « cinquième façade »

Mots clés : Etanchéité

L’industriel mise sur l’essor du toit-terrasse pour imposer ses membranes d’étanchéité haute performance et connectées.

Siplast est une entreprise d’un naturel plutôt discret. Mais à l’occasion de ses 60 années d’existence, fêtées en 2015, cet acteur majeur de l’étanchéité basé en région parisienne (150 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014, 380 salariés) a décidé de sortir du bois et d’affirmer ses ambitions. « Notre croissance tient à notre capacité à mettre de façon régulière de nouveaux produits sur le marché », analyse Christian Gagné, président de Siplast depuis 2013. Un effort d’innovation conforté par la présence du centre de R & D du groupe danois Icopal, maison mère de l’industriel depuis 1989, sur le site de production de Siplast à Mondoubleau (Loir-et-Cher).

Dernière nouveauté : la gamme de membranes d’étanchéité Silver, lancée en réponse aux exigences de la RT 2012 et prévue pour couvrir près de 80 % des demandes du marché de l’étanchéité sur béton. En plus de garantir de hautes performances à ce produit, Siplast a eu l’idée d’y intégrer une puce électronique contenant un identifiant et pouvant transmettre des données. « Nous pouvons ainsi tracer les membranes et étendre nos garanties à vingt ans. Cela représente un véritable intérêt pour le prescripteur », assure le dirigeant. Avec cette gamme premium, Siplast a également été l’un des premiers à franchir le pas du BIM dans le secteur de l’étanchéité. Une dizaine d’objets BIM sont aujourd’hui disponibles, et l’objectif a été fixé à une centaine d’ici à fin 2016. « Etre en avance représente pour nous un atout sur le plan commercial. Nous allons pouvoir être moteurs pour accompagner nos clients sur le BIM, les inciter à intégrer nos objets et à les retransmettre dans les appels d’offres », ajoute Christian Gagné.

« Espace retrouvé ».

Depuis plusieurs années, l’attrait grandissant pour le toit plat a redonné de l’oxygène aux étancheurs. « La réappropriation de la terrasse-toit est une évolution lente mais inéluctable », prédit le président de Siplast. La stratégie de l’industriel s’appuie donc sur l’essor du concept de « cinquième façade » introduit par l’architecte Le Corbusier : « Nous appelons cela “ l’espace retrouvé . L’objectif pour nous est d’inciter à son aménagement par la végétalisation, la production d’énergie ou encore l’installation d’aires de jeux. Nos produits évoluent donc pour permettre à la surface de résister à une utilisation plus intensive. »
L’une des forces de Siplast est d’être présent sur quatre canaux de distribution complémentaires : le négoce, la vente directe aux entreprises, les grandes surfaces de bricolage et le génie civil. Malgré la crise dans les travaux publics, ce dernier secteur s’impose comme un axe de développement stratégique pour Siplast… mais davantage à l’export. L’industriel mise sur les gros chantiers, comme en Finlande où il a récemment dépassé le million de mètres carrés posés sur le site d’une mine d’or géante. L’entreprise réalise déjà 20 % de son chiffre d’affaires à l’international grâce à ses filiales ou succursales en Italie, en Espagne, au Japon, en Algérie ou encore au Moyen-Orient.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L'état-major de Siplast

Christian Gagné, président Siplast et directeur Europe de l’Ouest groupe Icopal ; Eric Lainé, directeur de la prescription ; Eric Zimmer, directeur marketing ; Laurent Fischer, directeur commercial France.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X