Autres Innovation

Setec investit dans les applis connectées et les nouvelles mobilités

Mots clés : Innovations

Début septembre, le groupe d’ingénierie Setec annonce sa prise de participation à hauteur de 500 000 euros dans la start-up Padam, une application mobile couplée à un service de transport en minibus partagé, destinée, pour l’instant, uniquement aux noctambules parisiens. En juin dernier, Setec avait investi 800 000 euros dans la start-up Blockbase, connue pour son application collaborative Bulldozair spécialisée dans le suivi de chantier sur ordinateur, tablette et smartphone en rendant accessible tous les documents du projet.

Les yeux et les oreilles.

Deux investissements très différents qui sont pourtant le fruit d’une même initiative : les Setec labs. Lancés en 2013 par le président du groupe, Gérard Massin, ils doivent être les yeux et les oreilles du groupe sur l’innovation. « Leur création part du constat qu’une partie de l’innovation nous échappe totalement, nous avons donc souhaité libérer du temps aux jeunes ingénieurs qui le souhaitent afin qu’ils puissent découvrir des innovations prometteuses », indique Pierre Lescaut, codirecteur général du groupe. Ces labs travaillent sur trois thèmes : l’efficacité énergétique, les objets connectés et les nouvelles mobilités. Chaque année, ils permettent de faire remonter des idées intéressantes. Afin de s’en saisir, le groupe a créé la holding Setec Innovation. La première concrétisation des labs, Smart Efficiency, est le fruit d’un développement interne. C’est aujourd’hui une société à part entière qui commercialise une solution de mesure très précise des différents usages énergétiques d’un bâtiment. Plus récemment, le soutien apporté à Blockbase a fait évoluer l’application en fonction des retours des utilisateurs sur les chantiers. « Nous avons ajusté les potentialités de l’outil afin qu’il réponde à nos exigences sur la traçabilité, notamment », précise ainsi Michel Kahan, codirecteur général de Setec. De nouvelles prises de participation sont toujours à l’étude. Il est d’ailleurs déjà arrivé que des entreprises viennent proposer des projets. Avis aux intéressés !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X