Enjeux Ludivine Mitrope, l’art de la maîtrise de soi

Série d’été 7/7

Mots clés : Gestion et opérations immobilières

Championne de Qwan Ki Do et développeuse immobilier chez Linkcity, elle applique le même esprit collectif dans ses deux activités.

Avec Ludivine Mitrope, on apprend à ne pas se fier aux apparences. Petite – moins d’un 1,60m – les traits délicats, blonde aux yeux bleus, la Charentaise de 33ans a des allures de jeune fille en fleur. Rien ne laisse deviner qu’elle est une championne de Qwan Ki Do, un art martial sino-vietnamien.

Après son master en droit de l’urbanisme et de la construction obtenu à Poitiers en 2006, elle est recrutée à Orléans (Loiret) par la direction régionale de Linkcity Centre Sud-Ouest, la nouvelle marque des filiales de développement immobilier de Bouygues. La jeune chef de projet cherche une activité sportive qui lui vide l’esprit et un club où règne un esprit de famille : « J’ai toujours fait du sport mais jamais de façon poussée. Avec le Qwan Ki Do, j’ai eu une révélation. Depuis le premier cours, je n’ai pas arrêté », raconte-t-elle.

Collection de titres.

Le club orléanais, qu’elle intègre à 25 ans, est reconnu au niveau national avec un enseignant, Tilki Murtuza, qui est un compétiteur. Sur les 32 membres de l’équipe de France, sept en sont issus. Lors de sa première compétition en 2012 en coupe de France, Ludivine Mitrope termine sur le podium, première en technique individuelle. Depuis elle collectionne les titres. « Je n’ai jamais aimé la compétition dans le sport. ça marche dans le Qwan Ki Do car ce n’est pas une fin en soi. C’est une façon de voir comment on progresse par rapport aux autres. C’est plus qu’un hobby, c’est un art de vivre », insiste-t-elle. « On porte des coups, on en reçoit. La discipline nous apprend à préserver notre corps », poursuit la jeune femme, qui aime répéter la devise de cet art martial : « L’harmonie est l’âme du Qwan Ki Do ; la persévérance, la volonté et la modestie, les valeurs du pratiquant. »

Depuis plus d’un an, la jeune femme travaille à Mérignac (Gironde). Elle a démarré l’année sur les chapeaux de roue. Elle a en effet répondu à l’appel à projets Belvédère consistant à construire 140 000 m2 sur la rive droite de la Garonne à Bordeaux. L’équipe dont Linkcity faisait partie a perdu mais Ludivine Mitrope prend cela avec philosophie. Cela tient à la pratique du Qwan Ki Do. D’ici à deux ans, elle souhaite obtenir la ceinture noire pour pouvoir monter un club à Bordeaux. Avec un peu moins de 3 000 licenciés en France, la discipline n’est pas enseignée en Aquitaine. Pour s’entraîner en équipe de France, Ludivine Mitrope va à Orléans ou participe à des stages. Sa chance est d’avoir eu comme responsable des ressources humaines Valérie Barlois, elle-même championne d’escrime. Cette dernière a organisé son emploi du temps en fonction des entraînements. Aujourd’hui, son engagement sportif est connu au sein de l’entreprise. « Il y a eu des blagues du genre : attention, on ne s’approche pas de toi. Aujourd’hui, mes collègues s’intéressent à mes résultats », témoigne-t-elle.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Parcours sportif…

2009 : début de la pratique du Qwan Ki Do.
17 mars 2012 : 1re aux championnats de France en technique individuelle à mains nues dans sa catégorie.
3-4 avril 2015 : 3e aux championnats du monde par équipe en catégorie « assaut traditionnel gradés féminins ».
13 mars 2016 : 3e aux championnats de France catégorie « 3e- 4e cap bleu technique traditionnelle ».

ENCADRE

... et professionnel

Octobre 2006 : chef de projet chez Linkcity à Orléans.
1er décembre 2015 : responsable développement immobilier chez Linkcity à Mérignac.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X