Territoires

Seine-et-Marne Amorce de reprise dans les travaux publics

Mots clés : Travaux publics

A l’occasion de son assemblée générale le 20 juin, la Chambre syndicale des travaux publics de Seine-et-Marne (CSTP 77) a organisé une table ronde sur les perspectives économiques dans le secteur. « J’ai plaisir à voir que l’on peut se projeter à trois ans. Il y a peu, on avait un an grand maximum de visibilité », a souligné José Ramos, président de la fédération régionale des travaux publics d’Ile-de-France. Même s’il a déploré « des prix anormalement bas, en dessous du prix de réalité ».

De grosses opérations engagées.

Les établissements publics d’aménagement de Marne-la-Vallée (EpaMarne) et de Sénart (EPA Sénart) ont dressé un tableau assez encourageant, marqué par la reprise des investissements et de grosses opérations. Après trois années moroses, EpaMarne va engager 40 à 45 millions d’euros de travaux par an jusqu’en 2018 (contre 19 millions en 2015), avec notamment les opérations du pôle gare de Bussy-Saint-Georges, dont il assure la maîtrise d’ouvrage, ou celui de Chessy, dont il est mandataire pour le compte de Val d’Europe Agglomération. Même optimisme du côté de l’EPA Sénart, qui annonce 20 à 22 millions d’euros de travaux en 2016, et 20 à 25 millions en 2017 et 2018. Avec, comme opération phare, le parc logistique A5 (en bordure de l’autoroute) d’une surface brute de 220 ha, dont 110 ha cessibles et 550 000 m2 de surfaces de planchers. De gros investisseurs et entreprises ont déjà signé, dont Bergerat-Monnoyeur, PRD pour 63 000 m2 de plancher « en blanc », AG Real Estate ou encore Sofade.

Réparation d’ouvrages après les crues.

Enfin, après une série d’expertises qui seront diligentées rapidement, l’Etat débloquera un fonds spécifique, d’ici à la fin de l’année ou début 2017, dévolu à la réparation de digues, routes, et ouvrages d’art endommagés lors des inondations. Ce cofinancement pourrait se monter à 80 % des dépenses, selon les coûts et les capacités des collectivités. Quant au conseil départemental, il a voté une augmentation de 6,5 % du montant des travaux routiers, qui devrait être abondé bientôt de près de 6 millions d’euros supplémentaires.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X