Régions Angoulême

Sécurisation du tunnel de la Gâtine

Mots clés : Ouvrage d'art

Créé en 1845, désaffecté dans les années 1960 avant d’être remis en service en 1980, le tunnel routier de la Gâtine à Angoulême (Charente) va entrer dans une période de travaux. « Après l’accident du tunnel du Mont-Blanc en 1999, l’Etat a renforcé le dispositif réglementaire pour la construction et l’exploitation des tunnels routiers en France. Avec l’évolution des textes en 2006, nous devions relever le niveau de sûreté de l’ouvrage long de 565 mètres et traversé chaque jour par 14 000 véhicules », explique Valérie Lescurat, chef de cabinet à la mairie d’Angoulême.

Tous les équipements techniques seront changés. Le chantier va surtout permettre la remise à niveau des équipements de surveillance et de sécurité. Une galerie d’évacuation pour les automobilistes sera créée. Dans son prolongement, deux exutoires avec cages d’escalier seront percés au nord et au sud. Un nouveau local technique abritant le poste de l’opérateur de surveillance du tunnel verra le jour. Une signalisation lumineuse de jalonnement aux entrées sera installée, et tous les équipements techniques (capteur de pollution, ventilation) et de sécurité (incendie, poste d’appel d’urgence, éclairage) seront changés.

Le maître d’ouvrage, la mairie d’Angoulême, a retenu, début 2016, le cabinet BG Ingénieurs Conseils de Lyon pour ce chantier. Son coût global est estimé à 13 millions d’euros HT, financés notamment par la Ville et l’agglomération à hauteur de 9,1 millions d’euros et par l’Etat (1 M€). Les appels d’offres aux entreprises seront lancés dans les prochaines semaines pour un démarrage des travaux à l’automne.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X