Autres Second œuvre / Lauréat Est

Schaffner s’impose comme l’orfèvre du métal

Mots clés : Produits et matériaux - Second oeuvre

Sept générations de dirigeants, 203 ans d’histoire : s’il est une PME familiale qui résiste au temps, c’est bien Schaffner. Les techniques et les outils ont changé, mais l’entreprise alsacienne reste une orfèvre de la métallerie. Le talent de ses salariés, dont trois meilleurs ouvriers de France, a fini par attirer l’attention de donneurs d’ordre nationaux en quête de portails, verrières, escaliers ou rampes de grand standing. Schaffner a équipé le Ritz, la tour Eiffel, le Louvre, la fondation Louis-Vuitton, le palais de l’Elysée, de nombreuses ambassades et magasins de luxe, dont récemment une boutique Dior à Londres.

« L’Alsace ne représente plus que 15 % de notre chiffre d’affaires, la proportion baisse d’année en année au profit de réalisations haut de gamme, souvent en région parisienne, et de plus en plus à l’export (25 % du chiffre d’affaires cette année). Nos références ont amené vers nous les architectes et designers prescripteurs, comme Jean-Michel Wilmotte, Peter Marino ou Sylvain Dubuisson », confirme Vincent Schaffner, codirecteur général avec son frère Philippe. C’est toutefois à Strasbourg que la PME a signé l’une de ses références majeures : le majestueux escalier en spirale de la Bibliothèque nationale universitaire rénovée. Labellisée Entreprise du patrimoine vivant (EPF), Schaffner concentre son savoir-faire sur le formage, le façonnage et les finitions. Son dirigeant trentenaire voit dans la « capacité à fabriquer toutes dimensions, de la main courante au monumental », un atout qui distingue la PME sur son marché.

Schaffner :
Duppigheim (67)
45 salariés
8 M €

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X