Réalisation

Saint-Nazaire. Sur la base sous-marine, seules les feuilles vont trembler

Mots clés : Aménagement paysager - Espace vert - Normalisation - Marquage CE

107 populus tremula surgissant des chambres d’éclatement des bombes de la gigantesque masse bétonnée… Le projet a de quoi surprendre. Récit d’une plantation hors normes d’une espèce « explosive ».

Plus de 65 ans après la construction de la base sous-marine de Saint-Nazaire construite par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale, les 450 000 m 3 de béton de l’édifice dominent toujours le port et l’estuaire de la ville. Au total, 3,5 ha dont une grande partie est recouverte d’une dalle de 8 m d’épaisseur ! C’est sur cette toiture méthodiquement bombardée par les alliés mais peu endommagée, que le paysagiste Gilles Clément a proposé la réalisation du Jardin du Tiers Paysage dans le cadre d’« Estuaire 2009* ». Un aménagement en triptyque exploitant les 3 dispositifs de l’architecture en place dont Le Bois de Trembles, sur le toit des chambres d’éclatement des bombes et dont « les feuilles au revers clair scintillent au moindre vent pour faire trembler la base » souligne Gilles Clément.

Des arbres en « bigs bags ».

L’objectif de Gilles Clément est précis : planter 107 populus tremula, réputé pour sa croissance rapide, entre les poutres de béton de l’ouvrage. L’opération prend une vingtaine de jours après le marquage sur la dalle des implantations à l’aide d’une peinture aérosol et d’un pochoir. Parpaings et treillages métalliques de l’armature appelée à soutenir...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 320 du 05/06/2009
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X