Territoires Nantes

Saint-Nazaire 170 millions d’euros d’investissement pour le Grand Port

Mots clés : Gares, aéroports - Transport maritime

Fin octobre, le conseil de surveillance du Grand Port Maritime de Nantes – Saint-Nazaire a approuvé le projet stratégique 2015-2020. L’établissement public souhaite devenir « un port de référence de la transition énergétique et écologique », même si l’énergie fossile représente aujourd’hui les deux tiers de son trafic. « La raffinerie Total de Donges et la centrale thermique EDF de Cordemais réalisent d’importants investissements pour minimiser leur impact environnemental, tandis qu’Alstom et STX se sont engagés dans la filière des énergies marines renouvelables », justifie Jean-Pierre Chalus, président du directoire.

Vingt-huit actions programmées.

Le projet prévoit 170 millions d’euros d’investissement d’ici à 2020 – dont un tiers financé par le plan Etat-Région 2015-2020 -, répartis en 28 actions opérationnelles. Le plus gros chantier concerne la zone de Montoir-de-Bretagne, où les quais seront étendus sur 350 mètres avec l’installation de nouveaux portiques pour un montant de 45 millions d’euros. A Saint-Nazaire, quelque 10 millions d’euros de travaux porteront sur le hub logistique où seront stockés et assemblés les éléments des éoliennes offshore. En outre, près de 10 millions d’euros par an seront consacrés à l’entretien du patrimoine.

Enfin, le Grand Port, qui possède 2 700 ha de domaine terrestre, dont 1 300 à vocation industrielle, envisage de mieux le valoriser son foncier, qui ne représente aujourd’hui que 30 % des recettes. « Une étude sur la gestion de nos actifs sera rendue au printemps 2016 », annonce Francis Bertolotti, président du conseil de surveillance.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X