Architecture Technique Equipement

Saint-Egrève joue à pile ou face

En Isère, un équipement mixte destiné aux jeunes se dissimule côté nord et s’exhibe côté sud.

Dans un environnement grandiose, l’architecte Philippe Mas a été chargé par la Ville de Saint-Egrève (Isère) de réaliser un équipement entièrement dédié à ses jeunes habitants. Aux abords du parc de Vence se déploie un panorama sur le massif de la Chartreuse qui embrasse la commune, porte d’entrée nord de l’agglomération grenobloise. Confronté à ce paysage de pics et de falaises, l’architecte avait deux possibilités : faire disparaître l’édifice, ou bien accentuer sa présence. L’intérêt de sa réponse est de combiner les deux approches. Par le plan choisi, il joue la carte de la discrétion : la figure du chevron permet de répartir le programme en deux ailes, bâties en béton et de plain-pied. Une aile est consacrée aux loisirs, avec ses salles de danse, de dessin, d’informatique et de musique, ainsi que sa grande salle polyvalente. L’autre est dédiée au travail, avec des bureaux pour les associations et les permanents de la structure, éducateurs et animateurs, ainsi que des locaux pour l’Apase, une association d’aide et d’insertion destinée aux jeunes.

De la faille à la falaise.

A la jonction de ces deux ailes, le hall, outre sa fonction d’accueil, s’offre aux usagers tel un salon partagé, avec une borne Wi-Fi. Côté sud, il s’ouvre largement sur un théâtre de verdure afin que rencontres et discussions puissent se prolonger dehors. Les branches du chevron forment comme le mur de scène concave de ce théâtre de plein air, « le patio » selon le terme de l’architecte. La scène consiste en un platelage de pin autoclave ourlé d’un revêtement en stabilisé, un talus planté d’herbe invitant à s’asseoir tient lieu de gradins. Avec un tel patio s’ouvrant sur le quartier, on pourrait croire que l’édifice veut se signaler. Non, de ce côté sud, par où les visiteurs arrivent en voiture, l’architecte en reste à la discrétion : le talus enherbé arrête la vue sur les façades, d’autant que, sur la gauche, il grimpe par-dessus l’extrémité de l’aile ouest. De la sorte, il se poursuit sous la forme d’une toiture végétalisée qui recouvre tout le bâtiment, en l’ensevelissant sous 1 m de terre et le coiffant d’une prairie fleurie. Cette couverture permet une récupération de l’eau de pluie pour alimenter les sanitaires. L’épaisseur de terre démultiplie ainsi le pouvoir de régulation thermique des locaux.

Se confondant avec le terrain, avec juste la faille du patio, l’équipement se mue sur son autre face, au nord, en une sorte de falaise. De ce côté, en effet, face au parc de Vence, il se décolle du terrain pour dresser sur quelque 5 m de haut une façade en pin du nord, aux clins lasurés de teintes vives. Des rayures violemment colorées à l’aspect ludique, en adéquation avec le skatepark qui s’étend à ses pieds.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maître d’ouvrage : Ville de Saint-Egrève. Maîtrise d’œuvre : Mas Architecture. BET : Betrec IG (TCE, économiste). Principales entreprises : Tomai (gros œuvre), Alt’O (étanchéité), MDF (bardage bois et Inox). Surface : 740 m2 Shon. Coût des travaux : 1,3 million d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X