Annuel aménagement

Saint-Denis Une nappe de maisons de ville

Mots clés : Architecte - Architecture - Maison individuelle - Politique du logement - Technique de construction - Verre

Cette opération de l’agence d’architecture Tectône comprend un programme très dense de vingt maisons de ville. Une forme de petite collectivité avec les attributs de l’habitat individuel : terrasses et jardinets, venelles vécues plus comme des espaces partagés que comme simples dessertes, grandes baies vitrées mais cadrages étudiés pour minimiser les vis-à-vis…

Avec cette réalisation du promoteur Philia livrée à 800 m de Paris (porte de la Chapelle) à Saint-Denis, l’agence Tectône a réalisé un programme d’habitat très dense sans négliger les qualités d’espace, de confort et d’intimité particulièrement recherchées dans la maison individuelle. « La densité est une affaire de perception », résume l’architecte Sabri Bendimérad. De fait, celle de cette opération, qui associe un immeuble collectif à R  6 à une nappe de maisons de ville groupées, est particulièrement élevée : 93 logements à l’hectare pour les maisons individuelles, 185 pour la totalité du programme.

Distribuées par des venelles et réparties en quatre bandes, les maisons de ville s’organisent sur une trame serrée (4,5 m de largeur) et des lots de petites dimensions (75 m2). « Pour que cette densité à l’horizontale soit bien acceptée, il fallait minimiser les vis-à-vis et donc s’attacher aux cadrages et à la qualité des interstices entre les masses bâties », poursuit Sabri Bendimérad. Cet objectif s’est traduit par l’assemblage de seize modèles de maisons : à patio, en « L » avec séjour traversant, en gradins… Une liberté typologique rendue possible par l’absence de cahier des charges et de surfaces imposées préétablies par le promoteur.

Les maisons, de trois à six pièces, bénéficient d’une double voire d’une triple orientation, et toutes possèdent au moins une terrasse accessible dans les étages. Autre attribut de la maison individuelle, le garage. Le parking accueille seize boxes, augmentés d’une cave ou d’une pièce en plus, et donnant directement accès aux logements. Mais il est enfoui en sous-sol, ce qui dégage l’accès des maisons de toute circulation automobile au profit d’une déclinaison d’espaces extérieurs, du domaine public à la sphère privée : impasses, passages sous porche, venelles, jusqu’aux jardinets privés qui prolongent les maisons sur chaque façade. « Ces espaces de transition, facilement appropriables sont fédérateurs. Ils invitent à une forme de collectivité séduisante pour les familles et les enfants s’y retrouvent en toute sécurité », observe Monique Fréret, directeur général de Philia.

Si les plans des maisons sont très diversifiés, le système constructif a, en revanche, été systématisé. Les architectes ont eu recours à des panneaux de brique monolithe de terre cuite hauteur d’étage (Terreal), brute de parement, qui apporte cohérence et identité. Testé sur une précédente opération par les architectes, ce système de construction modulaire est reconnu pour sa bonne inertie thermique.

« Bien que nous craignions que la densité soit difficile à vendre sur plan, la commercialisation a finalement été rapide. Le travail sur-mesure des architectes pour optimiser dans chaque maison les volumes et la lumière, a séduit les acquéreurs », constate Monique Fréret. Une clientèle constituée principalement de jeunes ménages, prête à vivre dans des formes plus collectives d’habitat individuel, mais à quelques centaines de mètres de Paris. « Pour toucher cette clientèle, il fallait garantir un prix de vente accessible », rajoute Monique Fréret. Objectif atteint. Malgré la complexité technique de l’opération – important développé de façades, mise en œuvre particulièrement délicate de la brique monolithe, étroitesse des accès… – le coût moyen de vente au m2 s’est situé entre 3 000 et 3 500 euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage: Philia promoteur.

Maîtrise d’œuvre: Tectône architectes

(Pascal Chombart de Lauwe et Sabri Bendimérad).

Programme: 30 logements collectifs et 20 maisons de ville.

Coût de construction: 1450 euros HT le m2 habitable.

Principales entreprises: ZUB (gros œuvre);

Arblade (couverture, étanchéité, toitures végétalisées);

MFI (serrurerie); Electricité de Picardie (électricité);

Sani-services (plomberie).

Réalisation: 2004-2008.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X